Après John McCain et Rand Paul, c'est la modérée Susan Collins qui a annoncé lundi son opposition dans un communiqué sévère, reprochant à sa majorité une proposition de loi bâclée et aux conséquences graves pour les patients. "Cette proposition de loi aurait un impact négatif important sur le nombre de gens couverts par une assurance", a-t-elle déclaré. Les républicains n'ayant que 52 sièges sur 100 dans la chambre haute du Congrès, ces trois défections, à moins d'un changement d'avis, suffiraient à faire échouer un vote, que les chefs de la majorité espéraient convoquer cette semaine, avant la fin de l'année budgétaire 2017. Déjà en juillet, une mouture précédente de la réforme républicaine avait échoué à une voix près, provoquant l'ire de Donald Trump, qui avait promis de débarrasser le pays d'"Obamacare". Le coup de grâce a été donné par le Bureau du budget du Congrès (CBO), qui a publié lundi une analyse alarmante sur la proposition de loi dite Graham-Cassidy. Selon les économistes du CBO, des "millions" de personnes supplémentaires seraient poussées hors des systèmes de couverture maladie par cette réforme. En raison de la rédaction précipitée du texte, ces experts n'ont pas eu le temps de faire une analyse précise. Des versions précédentes auraient fait "perdre" leur assurance à entre 16 et 32 millions de personnes d'ici 2026. Le plan républicain consistait à transférer aux Etats une partie du budget fédéral de la santé, tout en réduisant les crédits et en autorisant les autorités locales à déréglementer le marché privé des assurances santé. (Belga)

Après John McCain et Rand Paul, c'est la modérée Susan Collins qui a annoncé lundi son opposition dans un communiqué sévère, reprochant à sa majorité une proposition de loi bâclée et aux conséquences graves pour les patients. "Cette proposition de loi aurait un impact négatif important sur le nombre de gens couverts par une assurance", a-t-elle déclaré. Les républicains n'ayant que 52 sièges sur 100 dans la chambre haute du Congrès, ces trois défections, à moins d'un changement d'avis, suffiraient à faire échouer un vote, que les chefs de la majorité espéraient convoquer cette semaine, avant la fin de l'année budgétaire 2017. Déjà en juillet, une mouture précédente de la réforme républicaine avait échoué à une voix près, provoquant l'ire de Donald Trump, qui avait promis de débarrasser le pays d'"Obamacare". Le coup de grâce a été donné par le Bureau du budget du Congrès (CBO), qui a publié lundi une analyse alarmante sur la proposition de loi dite Graham-Cassidy. Selon les économistes du CBO, des "millions" de personnes supplémentaires seraient poussées hors des systèmes de couverture maladie par cette réforme. En raison de la rédaction précipitée du texte, ces experts n'ont pas eu le temps de faire une analyse précise. Des versions précédentes auraient fait "perdre" leur assurance à entre 16 et 32 millions de personnes d'ici 2026. Le plan républicain consistait à transférer aux Etats une partie du budget fédéral de la santé, tout en réduisant les crédits et en autorisant les autorités locales à déréglementer le marché privé des assurances santé. (Belga)