Avis aux amateurs : il ne faut posséder ni doctorat ni même être historien pour ambitionner de présider aux destinées d'un or...

Avis aux amateurs : il ne faut posséder ni doctorat ni même être historien pour ambitionner de présider aux destinées d'un organisme voué à la valorisation du patrimoine militaire belge et à la promotion de la mémoire des conflits armés sur notre sol ou impliquant des Belges à l'étranger. Outre une expérience de management, au rayon études, un diplôme de base de 2e cycle (licencié/master) de l'enseignement universitaire ou de l'enseignement supérieur de type long suffit à postuler. Cela s'appelle placer la barre assez bas. Suffisamment pour tailler la fonction sur mesure au profit d'un lauréat déjà connu ? Suspense.