Pour le mouvement et l'association, les solutions connues de tous impliquent de déplacer certains vols "depuis les zones densément peuplées de la Région bruxelloise vers des zones beaucoup moins denses, situées en Flandre". "Par allégeance aux partis flamands, le ministre de la Mobilité François Bellot (MR) refuse d'appliquer les décisions de justice et maintient le survol des zones denses de Bruxelles", ont-ils dénoncé lundi soir dans un communiqué commun. Toujours d'après les deux organisations représentatives des intérêts de riverains bruxellois, dans son courrier à la ministre bruxelloise de l'Environnement, Céline Fremault (cdH), le ministre Bellot explique qu'"il n'envisage de mettre en oeuvre aucune solution qui consiste à déplacer les vols. Il se contente d'énumérer quelques vagues mesures techniques, au timing indéfini, et qui ne sont en rien une réponse aux violations des normes de bruit (plus de 50% des vols en violation sur la route du Canal jour et nuit, et 70% des vols en violation sur la route du Ring de nuit)". Le ministre Bellot et le MR "abandonnent ainsi les Bruxellois à leur sort face à ce scandale de santé publique qu'est le survol de plusieurs centaines de milliers de citoyens bruxellois. Il s'agit de plus d'une grave dérive démocratique de la part d'un ministre fédéral qui s'arroge le droit de ne pas respecter une décision de justice", ont-elles conclu. (Belga)

Pour le mouvement et l'association, les solutions connues de tous impliquent de déplacer certains vols "depuis les zones densément peuplées de la Région bruxelloise vers des zones beaucoup moins denses, situées en Flandre". "Par allégeance aux partis flamands, le ministre de la Mobilité François Bellot (MR) refuse d'appliquer les décisions de justice et maintient le survol des zones denses de Bruxelles", ont-ils dénoncé lundi soir dans un communiqué commun. Toujours d'après les deux organisations représentatives des intérêts de riverains bruxellois, dans son courrier à la ministre bruxelloise de l'Environnement, Céline Fremault (cdH), le ministre Bellot explique qu'"il n'envisage de mettre en oeuvre aucune solution qui consiste à déplacer les vols. Il se contente d'énumérer quelques vagues mesures techniques, au timing indéfini, et qui ne sont en rien une réponse aux violations des normes de bruit (plus de 50% des vols en violation sur la route du Canal jour et nuit, et 70% des vols en violation sur la route du Ring de nuit)". Le ministre Bellot et le MR "abandonnent ainsi les Bruxellois à leur sort face à ce scandale de santé publique qu'est le survol de plusieurs centaines de milliers de citoyens bruxellois. Il s'agit de plus d'une grave dérive démocratique de la part d'un ministre fédéral qui s'arroge le droit de ne pas respecter une décision de justice", ont-elles conclu. (Belga)