"L'action de l'Iran est contraire aux dispositions claires du JCPoA sur Fordow et a des conséquences potentiellement graves en matière de prolifération", ajoutent-ils. "Elle représente une accélération regrettable du désengagement de l'Iran par rapport à ses obligations au titre du JCPoA". "Nous exhortons l'Iran à revenir sur toutes les mesures contraires au JCPoA, y compris le dépassement du stock maximum d'uranium faiblement enrichi autorisé et le dépassement du taux d'enrichissement autorisé, ainsi que le non-respect des limitations mises par le JCPoA aux activités de R&D nucléaire", ajoutent les ministres. "Nous soulignons l'importance de la mise en ?uvre pleine et entière du JCPoA par tous les participants et confirmons notre détermination à poursuivre tous les efforts pour préserver l'accord, qui sert les intérêts de tous. L'Iran doit revenir sans délai à la pleine mise en ?uvre de ses obligations au titre du JCPoA", disent-ils encore. "Il est désormais essentiel que l'Iran respecte ses engagements et travaille avec tous les participants au JCPoA, afin de permettre une désescalade des tensions". Les quatre acteurs constatent que la direction prise par l'Iran rend "de plus en plus difficiles" les efforts diplomatiques qu'ils se disent prêts à poursuivre, pour "faciliter la désescalade des tensions au Moyen-Orient" et tenter d'y préserver la paix. Depuis mai, Téhéran se désengage de l'accord nucléaire signé à Vienne avec les Européens, les États-Unis, la Russie et la Chine. Le président américain Donald Trump en a retiré unilatéralement son pays en mai 2018, réimposant des sanctions à l'économie iranienne, ce qui prive l'Iran des retombées économiques espérées. En réduisant progressivement ses engagements, Téhéran veut faire pression sur les autres États parties pour qu'ils l'aident à contourner ces restrictions. (Belga)