Aucune avancée n'est attendue de cette réunion, organisée au niveau des directeurs politiques et qui intervient un mois après une précédente rencontre infructueuse dans la capitale autrichienne, où les grandes puissances et Téhéran avaient conclu l'accord il y a quatre ans. Ce texte, destiné à garantir le caractère strictement pacifique du programme nucléaire iranien, est entré en délitement progressif après le retrait unilatéral de Washington en 201 à quoi Téhéran a répondu en s'affranchissant début juillet de certains de ses engagements. Etranglé économiquement, l'Iran menace de poursuivre son désengagement graduel de l'accord si les autres Etats parties (la France, le Royaume-Uni, l'Allemagne, la Russie et la Chine) ne lui permettent pas de contourner les sanctions américaines. Les tentatives européennes d'aboutir à une percée permettant de sauver ce texte sont jusqu'à présent restées sans effet. (Belga)