A la suite de l'appel pressant du monde pédiatrique inquiet des conséquences psychologiques du confinement pour les enfants, le Comité de concertation (CodeCo) doit discuter, sur base d'un avis attendu des experts sanitaires, d'un élargissement de la reprise scolaire, notamment en faveur des élèves de maternelles. Mardi soir, une première réunion qui rassemblait le Premier ministre et les ministres-présidents des entités fédérées n'avait pas permis d'aboutir à une décision. Celle-ci pourrait toutefois tomber ce mercredi soir, voire demain jeudi, selon certaines sources. Interrogée mercredi en séance plénière du Parlement de la Fédération Wallonie-Bruxelles, tant le ministre-président Pierre-Yves Jeholet (MR) que Caroline Désir (PS) ont affiché leur volonté de parvenir à un assouplissement des normes de sécurité actuellement appliquées dans les écoles pour pouvoir augmenter le nombre d'enfants de retour en classes. Devant les députés, Mme Désir a répété mercredi sa volonté de voir les classes maternelles retrouver au plus vite le chemin de l'école pour mettre fin aux effets négatifs du confinement pour eux, mais aussi relancer leur socialisation et leurs capacités d'apprentissage. "(Cette extension de la rentrée à d'autres années d'enseignement) n'est toutefois envisageable que si les normes sanitaires peuvent être assouplies sans mettre en péril la sécurité du personnel enseignant", a-t-elle averti. Si cet assouplissement n'est pas possible dans les écoles, il conviendra alors de trouver "d'autres modalités" pour l'accueil des enfants, notamment avec les opérateurs d'activités extra-scolaires. Des contacts ont déjà été pris dans cette éventualité, a encore indiqué Mme Désir. (Belga)

A la suite de l'appel pressant du monde pédiatrique inquiet des conséquences psychologiques du confinement pour les enfants, le Comité de concertation (CodeCo) doit discuter, sur base d'un avis attendu des experts sanitaires, d'un élargissement de la reprise scolaire, notamment en faveur des élèves de maternelles. Mardi soir, une première réunion qui rassemblait le Premier ministre et les ministres-présidents des entités fédérées n'avait pas permis d'aboutir à une décision. Celle-ci pourrait toutefois tomber ce mercredi soir, voire demain jeudi, selon certaines sources. Interrogée mercredi en séance plénière du Parlement de la Fédération Wallonie-Bruxelles, tant le ministre-président Pierre-Yves Jeholet (MR) que Caroline Désir (PS) ont affiché leur volonté de parvenir à un assouplissement des normes de sécurité actuellement appliquées dans les écoles pour pouvoir augmenter le nombre d'enfants de retour en classes. Devant les députés, Mme Désir a répété mercredi sa volonté de voir les classes maternelles retrouver au plus vite le chemin de l'école pour mettre fin aux effets négatifs du confinement pour eux, mais aussi relancer leur socialisation et leurs capacités d'apprentissage. "(Cette extension de la rentrée à d'autres années d'enseignement) n'est toutefois envisageable que si les normes sanitaires peuvent être assouplies sans mettre en péril la sécurité du personnel enseignant", a-t-elle averti. Si cet assouplissement n'est pas possible dans les écoles, il conviendra alors de trouver "d'autres modalités" pour l'accueil des enfants, notamment avec les opérateurs d'activités extra-scolaires. Des contacts ont déjà été pris dans cette éventualité, a encore indiqué Mme Désir. (Belga)