Cette réunion extraordinaire de la commission conjointe de l'accord sur le nucléaire iranien conclu à Vienne en juillet 2015 aura lieu un mois jour pour jour après une rencontre des parties dans la capitale autrichienne. A l'issue de cette rencontre, l'Iran avait noté "certains progrès" pour l'aider à surmonter l'effet du rétablissement des sanctions américaines, mais avait jugé ceux-ci "insuffisants". Depuis les tensions se sont encore accentuées dans la région du Golfe. L'accord de Vienne est menacé depuis que les Etats-Unis ont décidé en mai 2018 de s'en retirer et de rétablir des sanctions contre l'Iran, vis-à-vis duquel ils appliquent désormais une politique de "pression maximale" pour le contraindre à négocier un accord que le président américain Donald Trump voudrait "meilleur". Accusant Washington d'avoir violé le droit international en sortant unilatéralement de l'accord, Téhéran refuse toute négociation avec les Etats-Unis "sous la pression" des sanctions. Par l'accord de Vienne, Téhéran s'est engagé à ne jamais se doter de l'arme atomique et a accepté de brider son programme nucléaire en échange d'un allègement des sanctions internationales visant la République islamique. (Belga)