Les manifestants arboraient de nombreux drapeaux de la Catalogne. Des banderoles et pancartes appelaient à la libération immédiate des indépendantistes jugés à Madrid et soutenaient que l'auto-détermination n'est pas un crime. Des photos des prévenus étaient affichées. Les manifestants continuent à plaider en faveur d'un soutien de l'Union européenne. "Ce procès n'aurait pas dû avoir lieu", estime Nuria Borès, membre de l'ANC Bruxelles, l'Assemblée nationale de Catalogne à Bruxelles. "Pour cette cause, il y a neuf personnes qui sont en prison. Deux d'entre elles depuis 16 mois et ça se passe en Europe. (...) Nous sommes déçus de l'Europe qui ne veut pas ouvrir les yeux... Elle se laisse influencer par la pression de l'Espagne, qui est partie prenante". Elle a rappelé qu'en décembre 2017 des milliers de Catalans sont montés à Bruxelles pour demander un soutien européen. Le procès des 12 dirigeants séparatistes impliqués dans la tentative de sécession d'octobre 2017 s'est ouvert ce mardi devant la Cour suprême espagnole à Madrid. (Belga)