Le vol spécial, organisé avec l'agence européenne pour la gestion de la coopération opérationnelle aux frontières extérieures Frontex, est parti à 10H30 de Bruxelles, selon Dominique Ernould. Une escale a eu lieu au Ghana. La Belgique a renvoyé 17 personnes, dont 3 vers le Ghana. La Suède a également mis à bord 4 personnes, l'Allemagne 7, la Finlande 5 et la Suisse 4. L'arrivée est prévue à 21H00 à Kinshasa. Pour ces vols spéciaux, les avions sont loués à la Défense. Les associations mentionnées déplorent que toute résistance soit dès lors rendue impossible, contrairement aux vols commerciaux. Selon le CRACPE, la CRER et Getting the voice out, les avocats et proches des personnes détenues en centre fermé n'ont été prévenus que dimanche, ce qui laisse peu de temps pour introduire des procédures en réaction. Ces associations relèvent qu'il y avait de jeunes pères arrêtés lors de leurs demandes de cohabitation ou de mariage, des opposants politiques et au moins 6 femmes, dont une mère et ses deux filles de 18 et 22 ans qui vivaient en Belgique depuis 5 ans. Dominique Ernould assure que si des personnes sont mises sur ces vols spéciaux, cela signifie que toutes les procédures ont été clôturées négativement. Le CRACPE, la CRER et Getting the voice out estiment inacceptable de livrer des opposants au gouvernement de la RDC et d'empêcher des mariages ou des reconnaissances d'enfants. (Belga)

Le vol spécial, organisé avec l'agence européenne pour la gestion de la coopération opérationnelle aux frontières extérieures Frontex, est parti à 10H30 de Bruxelles, selon Dominique Ernould. Une escale a eu lieu au Ghana. La Belgique a renvoyé 17 personnes, dont 3 vers le Ghana. La Suède a également mis à bord 4 personnes, l'Allemagne 7, la Finlande 5 et la Suisse 4. L'arrivée est prévue à 21H00 à Kinshasa. Pour ces vols spéciaux, les avions sont loués à la Défense. Les associations mentionnées déplorent que toute résistance soit dès lors rendue impossible, contrairement aux vols commerciaux. Selon le CRACPE, la CRER et Getting the voice out, les avocats et proches des personnes détenues en centre fermé n'ont été prévenus que dimanche, ce qui laisse peu de temps pour introduire des procédures en réaction. Ces associations relèvent qu'il y avait de jeunes pères arrêtés lors de leurs demandes de cohabitation ou de mariage, des opposants politiques et au moins 6 femmes, dont une mère et ses deux filles de 18 et 22 ans qui vivaient en Belgique depuis 5 ans. Dominique Ernould assure que si des personnes sont mises sur ces vols spéciaux, cela signifie que toutes les procédures ont été clôturées négativement. Le CRACPE, la CRER et Getting the voice out estiment inacceptable de livrer des opposants au gouvernement de la RDC et d'empêcher des mariages ou des reconnaissances d'enfants. (Belga)