"Ce tir n'a fait aucune victime ni dégât", a précisé l'armée dans un communiqué. Comme la plupart des précédents, ces tirs n'ont pas été revendiqués, même si Washington pointe du doigt les pro-Iran. Des groupuscules obscurs ont revendiqué certaines attaques, des faux-nez des factions armées pro-Iran, selon les experts. Depuis le 8 juin, c'est la troisième attaque contre l'aéroport, dans l'enceinte duquel se trouve une immense base militaire irakienne abritant des troupes américaines. Deux autres attaques ont visé les abords de l'ambassade américaine et des roquettes se sont également abattues sur la base de Taji, au nord de Bagdad, qui héberge également des troupes de Washington. Signe que la situation inquiète en plus haut lieu, le Premier ministre Moustafa al-Kazimi a même récemment dédié un Conseil de sécurité -conseil des ministres réduit- à la question des tirs de roquettes, promettant de faire rendre des comptes aux auteurs, qui toutefois n'ont jusqu'ici jamais été appréhendés. Au moins 33 attaques ont visé soldats ou diplomates américains en Irak depuis octobre 2019. (Belga)

"Ce tir n'a fait aucune victime ni dégât", a précisé l'armée dans un communiqué. Comme la plupart des précédents, ces tirs n'ont pas été revendiqués, même si Washington pointe du doigt les pro-Iran. Des groupuscules obscurs ont revendiqué certaines attaques, des faux-nez des factions armées pro-Iran, selon les experts. Depuis le 8 juin, c'est la troisième attaque contre l'aéroport, dans l'enceinte duquel se trouve une immense base militaire irakienne abritant des troupes américaines. Deux autres attaques ont visé les abords de l'ambassade américaine et des roquettes se sont également abattues sur la base de Taji, au nord de Bagdad, qui héberge également des troupes de Washington. Signe que la situation inquiète en plus haut lieu, le Premier ministre Moustafa al-Kazimi a même récemment dédié un Conseil de sécurité -conseil des ministres réduit- à la question des tirs de roquettes, promettant de faire rendre des comptes aux auteurs, qui toutefois n'ont jusqu'ici jamais été appréhendés. Au moins 33 attaques ont visé soldats ou diplomates américains en Irak depuis octobre 2019. (Belga)