Les Affaires étrangères avaient déjà été visées en 2011 et 2014 par des attaques informatiques persistantes. En février puis en avril 2018, des "malwares" (logiciels malveillants) ont été découverts sur les ordinateurs de deux représentations diplomatiques de la Belgique à l'étranger. Une troisième détection a eu lieu en mars 2019. Le SGRS doute que ces intrusions soient liées entre elles. Mais "tout indique qu'il s'agit d'une puissance étrangère", selon une source. Le parquet fédéral a ouvert une enquête, à laquelle le SGRS et le CERT (l'équipe fédérale d'intervention d'urgence en sécurité informatique) apportent leur expertise, selon le Knack. Le parquet fédéral n'a toutefois souhaité faire aucun commentaire. (Belga)