Les policiers ont fait usage de balles caoutchoutées et de grenades assourdissantes pour disperser les manifestants, qui avaient auparavant prié devant la porte des Lions de la vieille ville à Jérusalem-Est. Israël a installé des détecteurs de métaux à des entrées de l'esplanade des Mosquées, troisième lieu saint de l'islam, après une attaque qui a coûté vendredi la vie à deux policiers, tués par trois Arabes israéliens qui ont ensuite été abattus. La police a affirmé que les assaillants arrivaient de l'esplanade des Mosquées, située dans la vieille ville. Pour protester contre l'installation des détecteurs de métaux, les fidèles musulmans ne montent plus prier sur l'esplanade depuis dimanche et un appel en ce sens lancé par les autorités religieuses palestiniennes. Mardi, pour la troisième journée consécutive, des dizaines de musulmans ont prié à l'extérieur de ce site, sur lequel s'élèvent le dôme du Rocher et la mosquée al-Aqsa. La police israélienne a affirmé que des musulmans étaient venus prier mardi sur l'esplanade, mais sans donner d'estimation sur leur nombre. Le site paraissait toutefois peu fréquenté. L'esplanade des Mosquées est également révérée par les juifs comme le Mont du Temple. Elle est bâtie sur le site du Temple juif détruit par les Romains en l'an 70 et dont l'unique vestige, le mur des Lamentations, est situé en contrebas. Le Premier ministre palestinien Rami Hamdallah a critiqué l'installation de détecteurs de métaux comme une "mesure dangereuse qui va aboutir à une mise en cause de notre liberté de culte et constituer une obstruction à la liberté de mouvement des fidèles". Israël assure ne pas avoir l'intention de modifier les règles tacites d'un statu quo aux termes duquel les musulmans peuvent monter à toute heure sur l'esplanade et les juifs y pénétrer à certaines heures mais sans pouvoir y prier. (Belga)

Les policiers ont fait usage de balles caoutchoutées et de grenades assourdissantes pour disperser les manifestants, qui avaient auparavant prié devant la porte des Lions de la vieille ville à Jérusalem-Est. Israël a installé des détecteurs de métaux à des entrées de l'esplanade des Mosquées, troisième lieu saint de l'islam, après une attaque qui a coûté vendredi la vie à deux policiers, tués par trois Arabes israéliens qui ont ensuite été abattus. La police a affirmé que les assaillants arrivaient de l'esplanade des Mosquées, située dans la vieille ville. Pour protester contre l'installation des détecteurs de métaux, les fidèles musulmans ne montent plus prier sur l'esplanade depuis dimanche et un appel en ce sens lancé par les autorités religieuses palestiniennes. Mardi, pour la troisième journée consécutive, des dizaines de musulmans ont prié à l'extérieur de ce site, sur lequel s'élèvent le dôme du Rocher et la mosquée al-Aqsa. La police israélienne a affirmé que des musulmans étaient venus prier mardi sur l'esplanade, mais sans donner d'estimation sur leur nombre. Le site paraissait toutefois peu fréquenté. L'esplanade des Mosquées est également révérée par les juifs comme le Mont du Temple. Elle est bâtie sur le site du Temple juif détruit par les Romains en l'an 70 et dont l'unique vestige, le mur des Lamentations, est situé en contrebas. Le Premier ministre palestinien Rami Hamdallah a critiqué l'installation de détecteurs de métaux comme une "mesure dangereuse qui va aboutir à une mise en cause de notre liberté de culte et constituer une obstruction à la liberté de mouvement des fidèles". Israël assure ne pas avoir l'intention de modifier les règles tacites d'un statu quo aux termes duquel les musulmans peuvent monter à toute heure sur l'esplanade et les juifs y pénétrer à certaines heures mais sans pouvoir y prier. (Belga)