"Les forces arméniennes ont tenté de s'introduire en territoire azerbaïdjanais le long de la frontière du Karabakh", à l'aube samedi, a annoncé le ministère azerbaïdjanais de la Défense, faisant état de "la perte de plusieurs soldats". Le ministère arménien de la Défense a de son côté accusé Bakou d'avoir lancé une attaque contre des positions des forces du Karabakh, parlant aussi de la mort de plusieurs soldats azerbaïdjanais. Au Nagorny Karabakh, territoire peuplé majoritairement d'Arméniens mais appartenant officiellement à l'Azerbaïdjan, une guerre au début des années 1990 entre les forces azerbaïdjanaises et les séparatistes soutenus par l'Arménie a fait quelque 30.000 morts avant un cessez-le-feu signé en 1994. Depuis, les innombrables tentatives de négociations n'ont rien donné, chacun campant sur ses positions, et des affrontements ont lieu périodiquement entre les forces en présence. En 2016, ils se sont intensifiés au point de faire craindre une reprise de la guerre, notamment en avril, lorsque les pires affrontements depuis 1994 s'étaient traduits par au moins 110 morts de part et d'autre. Un cessez-le-feu négocié par la Russie avait permis de mettre fin aux quatre jours d'affrontements, mais toute tentative de reprendre les négociations depuis a échoué. L'Azerbaïdjan, riche de ses hydrocarbures et dont le seul budget militaire est plus important que le budget entier de l'Arménie, menace régulièrement de reprendre la région par la force. Mais Moscou, allié traditionnel de l'Arménie, a déclaré que toute tentative de ce genre serait stoppée par la Russie. (Belga)

"Les forces arméniennes ont tenté de s'introduire en territoire azerbaïdjanais le long de la frontière du Karabakh", à l'aube samedi, a annoncé le ministère azerbaïdjanais de la Défense, faisant état de "la perte de plusieurs soldats". Le ministère arménien de la Défense a de son côté accusé Bakou d'avoir lancé une attaque contre des positions des forces du Karabakh, parlant aussi de la mort de plusieurs soldats azerbaïdjanais. Au Nagorny Karabakh, territoire peuplé majoritairement d'Arméniens mais appartenant officiellement à l'Azerbaïdjan, une guerre au début des années 1990 entre les forces azerbaïdjanaises et les séparatistes soutenus par l'Arménie a fait quelque 30.000 morts avant un cessez-le-feu signé en 1994. Depuis, les innombrables tentatives de négociations n'ont rien donné, chacun campant sur ses positions, et des affrontements ont lieu périodiquement entre les forces en présence. En 2016, ils se sont intensifiés au point de faire craindre une reprise de la guerre, notamment en avril, lorsque les pires affrontements depuis 1994 s'étaient traduits par au moins 110 morts de part et d'autre. Un cessez-le-feu négocié par la Russie avait permis de mettre fin aux quatre jours d'affrontements, mais toute tentative de reprendre les négociations depuis a échoué. L'Azerbaïdjan, riche de ses hydrocarbures et dont le seul budget militaire est plus important que le budget entier de l'Arménie, menace régulièrement de reprendre la région par la force. Mais Moscou, allié traditionnel de l'Arménie, a déclaré que toute tentative de ce genre serait stoppée par la Russie. (Belga)