Une flambée d'infections au nouveau coronavirus dans la ville hôte olympique la semaine dernière a fait craindre à ses résidents que les autorités réimposent des mesures de restriction. Il s'agit du deuxième jour consécutif durant lequel un record de contamination est atteint alors que 224 nouveaux diagnostics avaient été signalés hier/jeudi, ce qui correspondait à la plus forte augmentation quotidienne depuis le début de la pandémie. La gouverneure de la capitale japonaise, Yuriko Koike, n'a pas évoqué les chiffres de vendredi lors de sa dernière conférence de presse mais a indiqué que le récent pic de contamination pouvait s'expliquer par l'augmentation des tests de dépistage ainsi qu'à la propagation du virus au sein de la communauté. "Nous sommes à un stade où une plus grande prudence s'impose", a déclaré Mme Koike, qui a été largement réélue dimanche lors de l'élection du gouverneur de Tokyo. L'état d'urgence sur tout le territoire national a duré environ un mois, jusqu'à la mi-mai. Le 25 mai, la mesure a également pris fin à Tokyo ainsi que dans quatre autres préfectures, les dernières régions du pays insulaire à être encore soumises à des restrictions. Le Japon a recensé 21.483 cas de contamination au coronavirus, dont 712 sur un bateau de croisière mis en quarantaine près de Tokyo en février et comptabilisé 995 décès, selon un décompte réalisé par NHK. (Belga)

Une flambée d'infections au nouveau coronavirus dans la ville hôte olympique la semaine dernière a fait craindre à ses résidents que les autorités réimposent des mesures de restriction. Il s'agit du deuxième jour consécutif durant lequel un record de contamination est atteint alors que 224 nouveaux diagnostics avaient été signalés hier/jeudi, ce qui correspondait à la plus forte augmentation quotidienne depuis le début de la pandémie. La gouverneure de la capitale japonaise, Yuriko Koike, n'a pas évoqué les chiffres de vendredi lors de sa dernière conférence de presse mais a indiqué que le récent pic de contamination pouvait s'expliquer par l'augmentation des tests de dépistage ainsi qu'à la propagation du virus au sein de la communauté. "Nous sommes à un stade où une plus grande prudence s'impose", a déclaré Mme Koike, qui a été largement réélue dimanche lors de l'élection du gouverneur de Tokyo. L'état d'urgence sur tout le territoire national a duré environ un mois, jusqu'à la mi-mai. Le 25 mai, la mesure a également pris fin à Tokyo ainsi que dans quatre autres préfectures, les dernières régions du pays insulaire à être encore soumises à des restrictions. Le Japon a recensé 21.483 cas de contamination au coronavirus, dont 712 sur un bateau de croisière mis en quarantaine près de Tokyo en février et comptabilisé 995 décès, selon un décompte réalisé par NHK. (Belga)