Une consultation psychologique individuelle reviendra au prix de 11 euros (4 euros pour les bénéficiaires de l'intervention majorée). Il faudra débourser 2,5 euros pour une séance de groupe. Ces tarifs s'appliqueront à maximum 20 séances par an. La réforme distingue, d'une part, les soins psychologiques de première ligne (de courte durée) et, d'autre part, les soins psychologiques spécialisés (de plus longue durée). Dans le premier cas, les patients adultes (de plus de 15 ans) pourront être remboursés d'un maximum annuel de huit séances individuelles ou de cinq thérapies de groupe. Pour les enfants et adolescents (moins de 23 ans), ce sera respectivement dix ou huit séances. En ce qui concerne les soins psychologiques spécialisés, tant les enfants que les adultes ont droit à un maximum de 20 séances individuelles remboursées. Pour les séances de groupe, l'accord prévoit un maximum de 12 remboursements pour les adultes et 15 pour les enfants. "Un élément important de cette réforme est que les catégories d'âge se chevauchent pour garantir une offre la mieux adaptée aux 15-23 ans, qui peuvent ainsi choisir leur réseau de soins (jeune ou adulte) selon la nature de leurs besoins", fait valoir l'Inami. Ces soins psychologiques seront coordonnés sur l'ensemble du pays grâce à une convention conclue entre l'Inami et les 32 réseaux locaux de santé mentale. Le nouvel accord, qui fait partie de la révision du protocole "soins de santé mentale", revalorise également la profession. Le remboursement pour les psychologues cliniciens et les orthopédagogues est porté à 75 euros par séance individuelle (contre 45 euros auparavant) et à 326 ou 400 euros par session de groupe. Dès cette année, le budget de l'Inami passera de 39 à près de 152 millions d'euros, un montant presque quatre fois plus élevé qu'en 2020. (Belga)

Une consultation psychologique individuelle reviendra au prix de 11 euros (4 euros pour les bénéficiaires de l'intervention majorée). Il faudra débourser 2,5 euros pour une séance de groupe. Ces tarifs s'appliqueront à maximum 20 séances par an. La réforme distingue, d'une part, les soins psychologiques de première ligne (de courte durée) et, d'autre part, les soins psychologiques spécialisés (de plus longue durée). Dans le premier cas, les patients adultes (de plus de 15 ans) pourront être remboursés d'un maximum annuel de huit séances individuelles ou de cinq thérapies de groupe. Pour les enfants et adolescents (moins de 23 ans), ce sera respectivement dix ou huit séances. En ce qui concerne les soins psychologiques spécialisés, tant les enfants que les adultes ont droit à un maximum de 20 séances individuelles remboursées. Pour les séances de groupe, l'accord prévoit un maximum de 12 remboursements pour les adultes et 15 pour les enfants. "Un élément important de cette réforme est que les catégories d'âge se chevauchent pour garantir une offre la mieux adaptée aux 15-23 ans, qui peuvent ainsi choisir leur réseau de soins (jeune ou adulte) selon la nature de leurs besoins", fait valoir l'Inami. Ces soins psychologiques seront coordonnés sur l'ensemble du pays grâce à une convention conclue entre l'Inami et les 32 réseaux locaux de santé mentale. Le nouvel accord, qui fait partie de la révision du protocole "soins de santé mentale", revalorise également la profession. Le remboursement pour les psychologues cliniciens et les orthopédagogues est porté à 75 euros par séance individuelle (contre 45 euros auparavant) et à 326 ou 400 euros par session de groupe. Dès cette année, le budget de l'Inami passera de 39 à près de 152 millions d'euros, un montant presque quatre fois plus élevé qu'en 2020. (Belga)