Cette vérification de l'identité permettra à l'infirmier à domicile de s'assurer "immédiatement" qu'il soigne bien le patient mentionné sur la prescription médicale, souligne l'Inami sur son site web. La mutualité sera également ainsi informée des soins reçus, ce qui permettra une collaboration "efficace" entre l'infirmier et la mutualité. Enfin, ce système permettra d'éviter des erreurs administratives et de facturation, selon l'Inami. Aucune période de test n'est prévue, ce qui préoccupe les professionnels de la santé. La Fédération nationale des infirmiers de Belgique (FNIB), la Fédération des infirmiers indépendants de Belgique (FIIB) et la Fédération de l'Aide et des Soins à Domicile ASBL (FASD) se sont notamment inquiétées de problèmes techniques apparus ces derniers jours, notamment "liés au fait que les logiciels et matériels informatiques requis pour la lecture de carte n'ont été disponibles et plus ou moins opérationnels que fin août". Des solutions sont proposées sur le site web de l'Inami, a toutefois souligné l'Institut. Les Fédérations ont également regretté "un manque d'information correcte des patients". (Belga)

Cette vérification de l'identité permettra à l'infirmier à domicile de s'assurer "immédiatement" qu'il soigne bien le patient mentionné sur la prescription médicale, souligne l'Inami sur son site web. La mutualité sera également ainsi informée des soins reçus, ce qui permettra une collaboration "efficace" entre l'infirmier et la mutualité. Enfin, ce système permettra d'éviter des erreurs administratives et de facturation, selon l'Inami. Aucune période de test n'est prévue, ce qui préoccupe les professionnels de la santé. La Fédération nationale des infirmiers de Belgique (FNIB), la Fédération des infirmiers indépendants de Belgique (FIIB) et la Fédération de l'Aide et des Soins à Domicile ASBL (FASD) se sont notamment inquiétées de problèmes techniques apparus ces derniers jours, notamment "liés au fait que les logiciels et matériels informatiques requis pour la lecture de carte n'ont été disponibles et plus ou moins opérationnels que fin août". Des solutions sont proposées sur le site web de l'Inami, a toutefois souligné l'Institut. Les Fédérations ont également regretté "un manque d'information correcte des patients". (Belga)