La réforme représente avant tout une simplification profonde du dispositif "Activa", jusqu'ici fondé sur l'activation des allocations. Le système d'aide à l'emploi a ensuite pour particularité de s'adresser uniquement aux demandeurs d'emploi inscrits chez Actiris depuis 12 mois et domiciliés en Région bruxelloise. L'objectif d'une telle mesure est de recentrer les aides sur les habitants de la capitale. Il ne sera par ailleurs plus nécessaire de bénéficier d'allocations de chômage pour entrer dans les conditions Activa. Les personnes émargeant au CPAS et les exclus du chômage entreront également dans le champ d'application. Enfin, la réforme facilitera la transition vers l'emploi puisqu'il sera possible de prétendre à l'aide immédiatement sous certaines conditions. Ce sera notamment le cas pour ceux qui auront travaillé sous un contrat d'insertion, auront été licenciés d'une entreprise en restructuration (loi Renault) ou qui auront suivi un stage ou une formation professionnelle d'une durée minimum de six mois. Un budget annuel de près de 255 millions d'euros a été alloué à la réforme qui devrait bénéficier à plus de 18.000 chercheurs d'emploi bruxellois. (Belga)

La réforme représente avant tout une simplification profonde du dispositif "Activa", jusqu'ici fondé sur l'activation des allocations. Le système d'aide à l'emploi a ensuite pour particularité de s'adresser uniquement aux demandeurs d'emploi inscrits chez Actiris depuis 12 mois et domiciliés en Région bruxelloise. L'objectif d'une telle mesure est de recentrer les aides sur les habitants de la capitale. Il ne sera par ailleurs plus nécessaire de bénéficier d'allocations de chômage pour entrer dans les conditions Activa. Les personnes émargeant au CPAS et les exclus du chômage entreront également dans le champ d'application. Enfin, la réforme facilitera la transition vers l'emploi puisqu'il sera possible de prétendre à l'aide immédiatement sous certaines conditions. Ce sera notamment le cas pour ceux qui auront travaillé sous un contrat d'insertion, auront été licenciés d'une entreprise en restructuration (loi Renault) ou qui auront suivi un stage ou une formation professionnelle d'une durée minimum de six mois. Un budget annuel de près de 255 millions d'euros a été alloué à la réforme qui devrait bénéficier à plus de 18.000 chercheurs d'emploi bruxellois. (Belga)