La RTBF insiste pour dire que les flashs info ne sont pas purement et simplement supprimés mais qu'ils sont modifiés. Un résumé des informations du jour, préenregistré, sera en effet diffusé lors des rendez-vous d'information de 01h00, 02h00, 03h00 et 04h00 du matin, lorsque l'actualité n'évolue pas. En cas de gros événement, un système d'alerte a été mis en place avec l'Agence de presse Belga. Si un fait d'actualité demande une couverture, la RTBF "disposera d'une capacité de réactivité" et des "journalistes seront en situation de faire des flashs, tout comme d'alimenter le site info", garantit le service public. Il s'agit d'une phase test sur laquelle la RTBF communiquera officiellement à la rentrée de septembre. Les bulletins de nuit, qui ne sont pas imposés par le contrat de gestion de la RTBF, ont été mis en place au moment de la Guerre du Golfe (1990). Mais depuis, les réflexes des férus d'actu ont changé. Ceux-ci vont davantage lire les infos sur internet plutôt que d'écouter le dernier flash radio, relève encore le groupe média. La décision de la RTBF traduit donc une volonté de réorienter les moyens en donnant la priorité au numérique. (Belga)

La RTBF insiste pour dire que les flashs info ne sont pas purement et simplement supprimés mais qu'ils sont modifiés. Un résumé des informations du jour, préenregistré, sera en effet diffusé lors des rendez-vous d'information de 01h00, 02h00, 03h00 et 04h00 du matin, lorsque l'actualité n'évolue pas. En cas de gros événement, un système d'alerte a été mis en place avec l'Agence de presse Belga. Si un fait d'actualité demande une couverture, la RTBF "disposera d'une capacité de réactivité" et des "journalistes seront en situation de faire des flashs, tout comme d'alimenter le site info", garantit le service public. Il s'agit d'une phase test sur laquelle la RTBF communiquera officiellement à la rentrée de septembre. Les bulletins de nuit, qui ne sont pas imposés par le contrat de gestion de la RTBF, ont été mis en place au moment de la Guerre du Golfe (1990). Mais depuis, les réflexes des férus d'actu ont changé. Ceux-ci vont davantage lire les infos sur internet plutôt que d'écouter le dernier flash radio, relève encore le groupe média. La décision de la RTBF traduit donc une volonté de réorienter les moyens en donnant la priorité au numérique. (Belga)