Sans valeur juridique, l'approbation de cette motion peut avoir des conséquences pénales pour le président de cette chambre, le séparatiste Roger Torrent, qui avait été récemment sommé par la Cour constitutionnelle de ne pas laisser voter de telles initiatives appelant à l'indépendance. Le texte en cause, voté par les trois partis séparatistes au parlement catalan, exprime leur "volonté d'exercer de manière concrète le droit à l'autodétermination et de respecter la volonté du peuple catalan". Afin d'anticiper une prévisible suspension de cette motion par la Cour constitutionnelle, réunie mardi pour examiner le recours présenté par le gouvernement espagnol du socialiste Pedro Sanchez visant à invalider le texte, le parlement catalan a avancé sa session de plusieurs heures. La Cour constitutionnelle a annoncé dans un communiqué quelques minutes avant le vote la suspension de la motion mais le parlement catalan a tout de même approuvé le texte. (Belga)