"Cette commémoration m'est très chère", a déclaré la ministre néerlandaise de la Défense Ank Bijleveld. Elle aurait dû se déplacer en Bosnie pour y prononcer un discours mais sa venue a été annulée en raison de la pandémie de Covid-19. Les massacres entourant la chute de Srebrenica sont considérés comme le plus grand génocide organisé en Europe après la Seconde Guerre mondiale. A la place, Ank Bijleveld a inauguré un monument temporaire à La Haye sur lequel sont affichées des photos. "Sur les clichés, nous voyons une jeune génération de bosniaques-néerlandais. Les Pays-Bas resteront connectés à Srebrenica pour toujours. Pour que nous ne l'oubliions jamais vraiment", a-t-elle déclaré. Le gouvernement néerlandais a dans la foulée annoncé qu'un monument commémoratif national permanent serait prochainement érigé à La Haye. L'ancien ministre Jan Pronk a également prononcé un discours. En 1995, il était ministre de la Coopération au développement et a parlé de la responsabilité des Pays-Bas lors de la chute de Srebrenica. "Plus de 8.000 hommes musulmans ont été tués par les milices serbes. Mais les Pays-Bas sont également coupables de ne pas avoir protégé les populations. Nous avons fait de notre mieux, mais pas assez. Nous étions politiquement responsables à 100%." Une unité d'environ 450 Casques bleus néerlandais était déployée dans la région et n'a pu empêcher le massacre. (Belga)

"Cette commémoration m'est très chère", a déclaré la ministre néerlandaise de la Défense Ank Bijleveld. Elle aurait dû se déplacer en Bosnie pour y prononcer un discours mais sa venue a été annulée en raison de la pandémie de Covid-19. Les massacres entourant la chute de Srebrenica sont considérés comme le plus grand génocide organisé en Europe après la Seconde Guerre mondiale. A la place, Ank Bijleveld a inauguré un monument temporaire à La Haye sur lequel sont affichées des photos. "Sur les clichés, nous voyons une jeune génération de bosniaques-néerlandais. Les Pays-Bas resteront connectés à Srebrenica pour toujours. Pour que nous ne l'oubliions jamais vraiment", a-t-elle déclaré. Le gouvernement néerlandais a dans la foulée annoncé qu'un monument commémoratif national permanent serait prochainement érigé à La Haye. L'ancien ministre Jan Pronk a également prononcé un discours. En 1995, il était ministre de la Coopération au développement et a parlé de la responsabilité des Pays-Bas lors de la chute de Srebrenica. "Plus de 8.000 hommes musulmans ont été tués par les milices serbes. Mais les Pays-Bas sont également coupables de ne pas avoir protégé les populations. Nous avons fait de notre mieux, mais pas assez. Nous étions politiquement responsables à 100%." Une unité d'environ 450 Casques bleus néerlandais était déployée dans la région et n'a pu empêcher le massacre. (Belga)