"L'inspection économique observe un changement évident avec des fraudeurs agissant de plus en plus en ligne", assure le ministre de l'Economie Kris Peeters (CD&V) dans une réponse à une question parlementaire. Tous les signalements sont suivis d'une réponse, mais pas nécessairement d'une enquête, précise-t-il. Au cours des trois dernières années, l'inspection a toutefois ouvert des enquêtes consécutives à 5.683 signalements. Le point de contact de l'inspection existe depuis février 2016. Au cours de la première année, 2.456 signalements ont été enregistrés, et 6.348 en 2017. L'an passé, 478 entreprises se sont tournées vers la plateforme, mais la plupart des signalements émanent de citoyens (6.604). (Belga)