Les combattants se sont introduits samedi matin dans le camp de Madu Musaha, dans la ville de Dikwa, et ont ouvert le feu sur des habitants qui se nourrissaient avant le lever du soleil en cette période de Ramadan. "Les tireurs se sont échappés avant l'arrivée des troupes" nigérianes, selon ces sources. Dikwa, située à 90 km de Maiduguri, capitale de l'Etat de Borno, abrite environ 70.000 personnes, déplacées par les incessantes attaques de Boko Hram. Plus tard samedi, des combattants de Boko Haram, venus à bord de trois camions et plusieurs motos ont attaqué le village de Lassa, dans le même Etat, volant de la nourriture et incendiant des boutiques, selon des habitants. Les assaillants se sont ensuite enfuis dans leur repaire de la forêt de Sambisa, avant l'arrivée de l'armée dans le village, selon un fréquent scénario. L'insurrection, lancée il y a une dizaine d'année, et sa répression souvent aveugle par l'armée, a tué plus de 27.000 Nigérians, et 1,8 million de personnes ne peuvent toujours pas regagner leur foyer. (Belga)