Max Murillo, a été victime de "tirs croisés", selon un communiqué de la police, qui attribue sa mort aux manifestants. Ceux-ci réclamaient la libération de centaines d'opposants arrêtés et la démission de Daniel Ortega et de son épouse et vice-présidente Rosario Murillo lorsque le cortège a été attaqué par des personnes armées et des policiers anti-émeutes, selon les journalistes de l'AFP sur place. "Les paramilitaires de Daniel Ortega m'ont blessé d'une balle", a déclaré à l'AFP un manifestant âgé de 41 ans. Touché au bras, l'homme, qui était soigné dans une église du quartier Las Américas dans l'est de Managua, a souhaité ne pas révéler son identité. "Ils tiraient à vue, ce sont les paramilitaires. Ils m'ont blessé au cou, près de l'épaule", a déclaré à l'AFP Bryan García, âgé de 15 ans. "Ce sont les groupes (de paramilitaires) et les policiers anti-émeutes qui nous ont tiré dessus", a renchéri un autre manifestant qui s'est réfugié dans l'église lorsque la fusillade a commencé. Un journaliste, Winston Potosme de la télévision privée "100% Noticias" a été blessé au bras, tandis qu'une femme a été frappée et une autre blessée grièvement à la poitrine alors que le cortège était dans un autre quartier. (Belga)

Max Murillo, a été victime de "tirs croisés", selon un communiqué de la police, qui attribue sa mort aux manifestants. Ceux-ci réclamaient la libération de centaines d'opposants arrêtés et la démission de Daniel Ortega et de son épouse et vice-présidente Rosario Murillo lorsque le cortège a été attaqué par des personnes armées et des policiers anti-émeutes, selon les journalistes de l'AFP sur place. "Les paramilitaires de Daniel Ortega m'ont blessé d'une balle", a déclaré à l'AFP un manifestant âgé de 41 ans. Touché au bras, l'homme, qui était soigné dans une église du quartier Las Américas dans l'est de Managua, a souhaité ne pas révéler son identité. "Ils tiraient à vue, ce sont les paramilitaires. Ils m'ont blessé au cou, près de l'épaule", a déclaré à l'AFP Bryan García, âgé de 15 ans. "Ce sont les groupes (de paramilitaires) et les policiers anti-émeutes qui nous ont tiré dessus", a renchéri un autre manifestant qui s'est réfugié dans l'église lorsque la fusillade a commencé. Un journaliste, Winston Potosme de la télévision privée "100% Noticias" a été blessé au bras, tandis qu'une femme a été frappée et une autre blessée grièvement à la poitrine alors que le cortège était dans un autre quartier. (Belga)