L'interview au Vif du Premier ministre, Alexander De Croo (Open VLD), en particulier ses propos sur le voile, ont provoqué une onde de choc révélatrice, dans ce dossier de la neutralité de l'Etat qui se secoue la politique belge depuis plusieurs semaines.
...

L'interview au Vif du Premier ministre, Alexander De Croo (Open VLD), en particulier ses propos sur le voile, ont provoqué une onde de choc révélatrice, dans ce dossier de la neutralité de l'Etat qui se secoue la politique belge depuis plusieurs semaines. Les nombreuses réactions tombées ce mercredi permettent de tirer quelques leçons importantes et jettent un regard singulier sur la Vivaldi fédérale. Car le Premier ministre tient des propos qui, s'ils s'inscrivent dans la ligne de son parti et s'inspirent d'un livre qu'il avait publié in tempore non suspecto (Le siècle des femmes en 2018), n'en émanent pas moins du Seize, rue de la Loi."Je préfère une femme voilée qui travaille qu'une femme voilée qui reste à la maison", soulignait le Premier ministre dans cet entretien au Vif,ce mercredi matin, en précisant: "Il faut être impartial et intègre, bien sûr, mais ça n'a rien à voir avec porter le voile ou ne pas le porter: ça n'a rien à voir avec la manière dont vous êtes habillé."Alexander De Croo ajoutait: "Ma volonté c'est que chaque personne soit assez forte et assez émancipée pour faire ses choix elle-même, y compris de porter un voile. Et je sais que d'autres disent: "Oui, mais, êtes-vous bien sûr que c'est un vrai choix individuel?" Mais qui suis-je pour juger de ça? Qui suis-je pour aller leur dire "vous avez fait ce choix-là mais ce n'était pas le vôtre" ? Et aller dire que puisqu'on lui interdit de travailler dans une fonction si une personne porte le voile, ça va lui faire prendre la décision de ne plus le porter?"Son positionnement se rapproche de la notion de "diversité inclusive" chère aux écologistes et aux socialistes. Il s'inscrit plutôt dans la lignée de l'ordonnance du tribunal du travail de Bruxelles concernant la STIB et du compromis conclu au sein de la majorité bruxelloise - un compromis auquel son parti, l'Open VLD, a souscrit. Ledit accord bruxellois prévoit bien d'interdire les signes convictionnels dans les services publics pour les fonctions d'autorité ou de contacts avec le public, mais pas davantage, et il prévoit aussi des mesures pour lutter contre les discriminations à l'emploi.La meilleure preuve du camp choisi par le Premier ministre vient des premières réactions positives, émanant du côté écologiste. "Parole forte, argumentée et libérale du Premier Ministre au sujet du port du voile, que je partage pleinement", souligne Gilles Vanden Burre, chef de groupe Ecolo à la Chambre."Merci pour cette parole forte et apaisante de notre Premier Ministre, qui permet d'entendre une autre voix, loin de l'hystérie, dans ce débat important", réagit Rajae Maouane,coprésidente Ecolo.Reprenant une autre citation d'Alexander De Croo, l'eurodéputée Ecolo Saskia Bricmont souligne, en revenant sur la récente polémique fédérale ayant conduit à la démission de la commissaire du gouvernement auprès de l'Institut pour l'égalité hommes-femmes: "'Avoir les femmes au foyer les plus diplomées du monde, un gâchis sociétal énorme'. Les femmes voilées ou avec un nom d'origine étrangère en font les frais quotidiennement et Ishane, elle, en a fait les frais publiquement."Même tonalité du côté socialiste. "Un libéral avec un minimum de bon sens ....ça existe ...et il est même Premier Ministre....", souligne Ridouane Chahid, chef de groupe PS au parlement francophone bruxellois.Les partisans d'une vision "intégrale" de la neutralité, eux, sont choqués. Politiquement, la N-VA endosse cet étendard. "Le VLD laisse tomber la neutralité et suite le contradiction in terminis vert de la neutralité inclusive", souligne le député Theo Francken.Reprenant une autre citation du Premier ministre, l'Observatoire des fondamentalismes ironise: "'Je préfère une femme voilée qui travaille qu'une femme voilée qui reste à la maison', Les islamistes aussi: ça rapporte. C'est pour cela qu'ils ont réintroduit le voile, protéger leurs femmes du regard des hommes quand elles sortent."Certains estiment même que le Premier ministre est sortir de son rôle. "Ce Premier ministre, qu'importe le bord politique, dépasse les limites de l'arrogance et de la méconnaissance grave du pays, s'emporte l'un. Pas un mot sur la neutralité de l'état alors qu'il est garant des institutions!"Cela dit, ce positionnement du Premier ministre isole fortement le MR, son parti frère, au sein de la majorité. Ils sont nombreux à le constater. Le Premier ministre en convient lui-même dans l'interview: "J'ai mon point de vue par rapport à ça, mais je respecte à 100 % celui du MR. Je ne partage pas son raisonnement, mais je ne vais pas dire que l'un est plus libéral que l'autre."Caustique, François De Smet, président de DeFI, interpelle directement son homologue libéral: "Bonjour Georges-Louis Bouchez, cette position du Premier ministre engage-t-elle bien logiquement l'ensemble du gouvernement, MR inclus? " Réponse de l'intéressé: "Non. C'est une expression personnelle du premier qui évoque ce qu'il a expliqué dans un livre précédemment publié. Il le précise d'ailleurs. Le MR ne partage pas cette vision et le Premier le précise lui même dans l'interview. Belle journée"."Merci pour ta réponse rapide, répond à son tour François De Smet. Mais restons cohérents: de la même manière que l'on pouvait à juste titre reprocher le joker "à titre personnel" à Mme Haouach dans son interview au Soir, on ne voit guère comment un Premier ministre s'exprimerait hors fonction sur le sujet sensible du moment." Georges-Louis Bouchez, froidement, en retour: "Cela le concerne et c'est à lui qu'il faut poser la question. Je peux juste confirmer que ce n'est pas la position du Gouvernement. Rien dans l'accord du gouvernement sur le sujet et aucun accord sur cette question depuis. Nous avons d'ailleurs déposé un texte très clair à la Chambre."Circulez, y a rien à voir? Le tout au moment où Ecolo attaque lourdement la façon de faire de la politique du président du MR, tout cela est quand même particulier.