Le gestionnaire de l'infrastructure a relevé 51 accidents (n'incluant pas les suicides) en 2017, contre 45 en 2016 (+ 13 %). Ces statistiques restent stables.

La majorité des accidents surviennent pendant les heures de pointe et ils impliquent des riverains (habitant la commune où se trouve le passage à niveau ou une commune voisine) dans 70 % des cas.

"Une moyenne de dix décès par an, à l'échelle du réseau ferroviaire belges, c'est forcément un mauvais résultat", explique Frédéric Sacré, porte-parole d'Infrabel. "Il y a forcément de la frustration par rapport aux efforts qu'on consent. Mais ce n'est pas dans la philosophie de l'entreprise de baisser les bras. Bien au contraire, c'est le signe qu'il faut continuer".

Le gestionnaire de l'infrastructure a relevé 51 accidents (n'incluant pas les suicides) en 2017, contre 45 en 2016 (+ 13 %). Ces statistiques restent stables.La majorité des accidents surviennent pendant les heures de pointe et ils impliquent des riverains (habitant la commune où se trouve le passage à niveau ou une commune voisine) dans 70 % des cas."Une moyenne de dix décès par an, à l'échelle du réseau ferroviaire belges, c'est forcément un mauvais résultat", explique Frédéric Sacré, porte-parole d'Infrabel. "Il y a forcément de la frustration par rapport aux efforts qu'on consent. Mais ce n'est pas dans la philosophie de l'entreprise de baisser les bras. Bien au contraire, c'est le signe qu'il faut continuer".