Bien qu'elle soit le deuxième actionnaire en importance de l'intercommunale, la Ville de Liège ne dispose pas de représentants au sein du conseil d'administration. Ces représentants ont été désignés parmi les membres de l'assemblée générale, eux-mêmes désignés par les formations politiques sur la base de la clé D'hondt.

"Étant donné notamment les informations demandées à Enodia et à ses filiales par le ministre en charge des pouvoirs locaux Pierre-Yves Dermagne pour ce vendredi 27 septembre, le collège communal de Liège estime qu'il serait dommageable que le conseil d'administration d'Enodia prenne une quelconque décision de vente de ses filiales lors de sa séance prévue le 25 septembre".

Le collège a été saisi par cinq chefs de groupe de l'opposition, PTB, Vert Ardent, cdH, VEGA et DéFI, pour convoquer des séances extraordinaires du conseil communal le 1er octobre. Dans une deuxième demande, il a été proposé d'organiser cette réunion le 20 septembre. Cependant, à aucun moment, ces demandes n'ont rencontré le prescrit légal requérant l'appui d'au moins 17 conseillers. "Par ailleurs, l'urgence invoquée en relation avec le conseil d'administration d'Enodia devient sans objet dans la mesure où le collège communal demande à ce qu'aucune décision ne soit prise par Enodia le 25 septembre", a souligné le collège, présidé par la bourgmestre faisant fonction Christine Defraigne (MR).

Le collège a lui-même décidé de convoquer le conseil communal le mardi 1er octobre à 18h30 "afin de débattre de la situation de l'intercommunale et de ses filiales".