Va-t-on vivre ce mardi une nouvelle journée décisive dans l'affaire Nethys? Selon la RTBF, Jean-Claude Marcourt (PS), actuel président du parlement wallon et ancien ministre, devrait être entendu par la justice. La vice-présidente Jacqueline Galant (MR), toujours selon les informations de la chaîne publique, est en route vers la cité ardente, "afin d'assurer la conformité institutionnelle des devoirs judiciaires qui pourraient être menés".

Jean-Claude Marcourt avait été perquisitionné le 5 février dernier, une information qui avait été révélée par Le Vif. Cette audition fait suite à ce qui a été obtenu lors de ce devoir d'enquête.

Le socialiste liégeois est suspecté d'être la principale "main invisible" politique avalisant les décisions stratégiques importantes prises au sein du groupe Nethys ces quinze dernières années. Parmi ces décisions clés figure celle prise le 22 mai 2018 par le comité de rémunération de Nethys (présidé par François Fornieri) de verser de faramineuses indemnités "de rétention" à certains membres de l'ex-management de Nethys. Une décision avalisée le jour même par le conseil d'administration de Nethys.

Va-t-on vivre ce mardi une nouvelle journée décisive dans l'affaire Nethys? Selon la RTBF, Jean-Claude Marcourt (PS), actuel président du parlement wallon et ancien ministre, devrait être entendu par la justice. La vice-présidente Jacqueline Galant (MR), toujours selon les informations de la chaîne publique, est en route vers la cité ardente, "afin d'assurer la conformité institutionnelle des devoirs judiciaires qui pourraient être menés".Jean-Claude Marcourt avait été perquisitionné le 5 février dernier, une information qui avait été révélée par Le Vif. Cette audition fait suite à ce qui a été obtenu lors de ce devoir d'enquête.Le socialiste liégeois est suspecté d'être la principale "main invisible" politique avalisant les décisions stratégiques importantes prises au sein du groupe Nethys ces quinze dernières années. Parmi ces décisions clés figure celle prise le 22 mai 2018 par le comité de rémunération de Nethys (présidé par François Fornieri) de verser de faramineuses indemnités "de rétention" à certains membres de l'ex-management de Nethys. Une décision avalisée le jour même par le conseil d'administration de Nethys.