D'après les informations du quotidien, le cabinet du ministre des Pouvoirs Locaux, Pierre-Yves Dermagne (PS), est sur le point de finaliser la rédaction de nouveaux arrêtés d'annulation. Les textes, aujourd'hui en délibération entre l'administration, les avocats de la Région et le cabinet Dermagne, portent sur les indemnités colossales qui avaient été versées à l'ancien management de Nethys, à savoir Stéphane Moreau, Pol Heyse, Bénédicte Bayer et Diego Aquilina avant leur licenciement. Concrètement, l'opération vise à annuler une série de délibérations qui ont été prises par l'ancien comité de rémunération de Nethys. Présidé par l'homme d'affaires liégeois François Fornieri à l'époque, ce comité est pointé du doigt pour avoir permis à l'ancien management de partir avec un jackpot de plus de 18,6 millions d'euros d'indemnités et de bonus entre mai 2018 et octobre 2019. Une série de points doivent encore être tranchés comme le nombre de délibérations du comité de rémunération à annuler ou les montants exacts qui seront visés. Les choses pourraient cependant s'accélérer au gouvernement dans les prochains jours, écrit L'Echo. (Belga)

D'après les informations du quotidien, le cabinet du ministre des Pouvoirs Locaux, Pierre-Yves Dermagne (PS), est sur le point de finaliser la rédaction de nouveaux arrêtés d'annulation. Les textes, aujourd'hui en délibération entre l'administration, les avocats de la Région et le cabinet Dermagne, portent sur les indemnités colossales qui avaient été versées à l'ancien management de Nethys, à savoir Stéphane Moreau, Pol Heyse, Bénédicte Bayer et Diego Aquilina avant leur licenciement. Concrètement, l'opération vise à annuler une série de délibérations qui ont été prises par l'ancien comité de rémunération de Nethys. Présidé par l'homme d'affaires liégeois François Fornieri à l'époque, ce comité est pointé du doigt pour avoir permis à l'ancien management de partir avec un jackpot de plus de 18,6 millions d'euros d'indemnités et de bonus entre mai 2018 et octobre 2019. Une série de points doivent encore être tranchés comme le nombre de délibérations du comité de rémunération à annuler ou les montants exacts qui seront visés. Les choses pourraient cependant s'accélérer au gouvernement dans les prochains jours, écrit L'Echo. (Belga)