Le comité directeur de Nethys a-t-il perçu des indemnités de licenciement et si oui, à quelle hauteur s'élevaient-elles? Le CA d'Enodia ne semble pas réussir à obtenir une réponse claire à cette question. Selon l'Echo, Stéphane Moreau, Pol Heyse et Bénédicte Bayer se sont partagés un pactole de 12 millions d'euros, en cash et sous forme d'assurance groupe. "Il valait visiblement mieux avoir un abonnement à l'Echo que d'être au CA d'Enodia hier soir", grince jeudi Fabian Culot. "Nous n'avons pas eu beaucoup d'informations et cela ne va pas durer comme ça. La patience du conseil d'administration d'Enodia arrive à son terme", avertit-il.

Les administrateurs de l'intercommunale ont rencontré pour la première fois mercredi soir le nouveau CA de Nethys et le CEO ad intérim Renaud Witmeur. Si le contact a été établi, "le CA de Nethys a demandé du temps et de la confidentialité, ce qui ne nous change pas beaucoup", déplore M. Culot. Que ce soit sur les indemnités ou la vente de Voo au fonds d'investissement américain Providence, la réponse martelée était que le dossier était à l'étude par Nethys. Concernant Win et Elicio, le CA a simplement pris acte du retrait de l'offre faite par Ardentia et du retour de ces filiales dans le giron de Nethys. Point n'a été question d'une confirmation de la volonté de vendre, comme le laisse entendre Sudpresse jeudi, ce qui a le don d'agacer M. Culot.

Par ailleurs, le CA d'Enodia reste sans présidence depuis la démission le 10 octobre de Muriel Targnion (PS). Le conseil d'administration a pris acte de cette démission mercredi soir, en l'absence de l'intéressée. Le flou règne quant à savoir si elle restera administratrice ou non. "Il appartient désormais au PS de désigner un successeur ou d'accepter que la présidence revienne à un non socialiste", explique Fabian Culot. "Je suis un peu inquiet par rapport à la lenteur du processus et lorsque j'entends que le PS veut présenter un successeur qui n'est pas déjà membre du CA", déclare-t-il. Il estime que les dossiers complexes à gérer au sein d'Enodia demandent une certaine expertise et que la présidence ne peut être assumée "par n'importe qui".