Les partenaires sociaux se sont réunis pour la première fois jeudi afin d'aborder le rapport sur les salaires du Conseil central de l'Économie (CCE), qui a fixé la marge maximale d'évolution des salaires à 0,8% pour les deux années à venir, hors indexation. Le Groupe des Dix doit désormais déterminer quelle sera la norme salariale à intégrer à l'accord interprofessionnel (AIP) pour la période 2019-2020. Les syndicats ont déjà laissé entendre que 0,8% était insuffisant à leurs yeux.

Après des réunions jeudi, vendredi et ce lundi, les partenaires se retrouveront mercredi à 14h et ont toujours pour objectif d'aboutir à un accord dans ce délai. "Les discussions sont toujours en cours et nous irons plus loin mercredi", a commenté Bernard Gilliot, soulignant "l'atmosphère constructive" des échanges.

Mais la faible marge de 0,8% ne facilite pas les négociations, qui s'avèrent très difficile, indique-t-on parmi les négociateurs. Les syndicats ont prévu de consulter leurs instances mardi. Un désaccord entre les employeurs et les syndicats sur la norme salariale déboucherait sur une grande incertitude. Normalement, c'est au gouvernement fédéral qu'il reviendrait de trancher mais le gouvernement actuel est minoritaire et en affaires courantes..

Les partenaires sociaux se sont réunis pour la première fois jeudi afin d'aborder le rapport sur les salaires du Conseil central de l'Économie (CCE), qui a fixé la marge maximale d'évolution des salaires à 0,8% pour les deux années à venir, hors indexation. Le Groupe des Dix doit désormais déterminer quelle sera la norme salariale à intégrer à l'accord interprofessionnel (AIP) pour la période 2019-2020. Les syndicats ont déjà laissé entendre que 0,8% était insuffisant à leurs yeux. Après des réunions jeudi, vendredi et ce lundi, les partenaires se retrouveront mercredi à 14h et ont toujours pour objectif d'aboutir à un accord dans ce délai. "Les discussions sont toujours en cours et nous irons plus loin mercredi", a commenté Bernard Gilliot, soulignant "l'atmosphère constructive" des échanges. Mais la faible marge de 0,8% ne facilite pas les négociations, qui s'avèrent très difficile, indique-t-on parmi les négociateurs. Les syndicats ont prévu de consulter leurs instances mardi. Un désaccord entre les employeurs et les syndicats sur la norme salariale déboucherait sur une grande incertitude. Normalement, c'est au gouvernement fédéral qu'il reviendrait de trancher mais le gouvernement actuel est minoritaire et en affaires courantes..