Cette nocturne est l'occasion de mieux comprendre pourquoi il est indispensable de veiller à la conservation de ces petits mammifères et comment agir pour les accueillir dans nos habitations, indique Natagora. Chaque été, le dernier samedi d'août, l'ASBL organise des balades nocturnes, des animations pour enfants, des projections de films et des expositions autour de la chauve-souris. "Entendre leurs chants grâce au détecteur d'ultrasons et pouvoir observer leur vol furtif à la lueur de torches longue portée reste une expérience unique", déclare l'ASBL. Elle est pourtant consciente que les chiroptères n'ont jamais eu bonne presse. "Et la pandémie actuelle n'a malheureusement pas redoré leur blason", ajoute-t-elle. "Nos chauves-souris sont pourtant de véritables alliées de la biodiversité, totalement inoffensives pour l'homme, qui peuvent s'avérer être des colocataires de choix." Cécile Van Vyve, responsable des projets chauves-souris chez Natagora, fait d'ailleurs remarquer que jusqu'à ce jour, les scientifiques n'ont pas trouvé trace du Covid-19 chez nos chauves-souris. La pipistrelle commune est la chauve-souris que l'on rencontre le plus fréquemment en Belgique. "À force d'efforts et d'actions sur le terrain, les populations de chauves-souris remontent doucement la pente dans nos régions. D'où l'importance d'assurer une bonne cohabitation avec ces espèces chez les particuliers, surtout dans le contexte de la crise sanitaire que nous traversons actuellement", conclut Mme Van Vyve. (Belga)

Cette nocturne est l'occasion de mieux comprendre pourquoi il est indispensable de veiller à la conservation de ces petits mammifères et comment agir pour les accueillir dans nos habitations, indique Natagora. Chaque été, le dernier samedi d'août, l'ASBL organise des balades nocturnes, des animations pour enfants, des projections de films et des expositions autour de la chauve-souris. "Entendre leurs chants grâce au détecteur d'ultrasons et pouvoir observer leur vol furtif à la lueur de torches longue portée reste une expérience unique", déclare l'ASBL. Elle est pourtant consciente que les chiroptères n'ont jamais eu bonne presse. "Et la pandémie actuelle n'a malheureusement pas redoré leur blason", ajoute-t-elle. "Nos chauves-souris sont pourtant de véritables alliées de la biodiversité, totalement inoffensives pour l'homme, qui peuvent s'avérer être des colocataires de choix." Cécile Van Vyve, responsable des projets chauves-souris chez Natagora, fait d'ailleurs remarquer que jusqu'à ce jour, les scientifiques n'ont pas trouvé trace du Covid-19 chez nos chauves-souris. La pipistrelle commune est la chauve-souris que l'on rencontre le plus fréquemment en Belgique. "À force d'efforts et d'actions sur le terrain, les populations de chauves-souris remontent doucement la pente dans nos régions. D'où l'importance d'assurer une bonne cohabitation avec ces espèces chez les particuliers, surtout dans le contexte de la crise sanitaire que nous traversons actuellement", conclut Mme Van Vyve. (Belga)