"Le Premier ministre s'envolera aujourd'hui" (dimanche) et doit "s'entretenir demain (lundi) avec le prince héritier d'Abou Dhabi cheikh Mohammed ben Zayed Al-Nahyane" notamment de "l'approfondissement des liens entre les deux pays", est-il précisé dans un communiqué de son bureau. "Il s'agit de la première visite officielle d'un Premier ministre israélien aux Emirats arabes unis", est-il indiqué. Les deux dirigeants doivent également discuter des "enjeux économiques et régionaux qui contribuent à la richesse, à la prospérité et au renforcement de la stabilité" entre Israël et les Emirats. Cette visite intervient alors que les négociations pour sauver l'accord sur le nucléaire iranien ont reprises à Vienne entre Téhéran et les grandes puissances (Etats-Unis, Russie, Chine, France, Allemagne, Royaume-Uni). Ces pourparlers ont été décriés par Israël, qui a appelé Washington à y mettre fin ainsi qu'à prendre des "mesures concrètes" contre l'Iran. L'accord, qui offrait à Téhéran la levée d'une partie des sanctions étouffant son économie en échange d'une réduction drastique de son programme nucléaire, placé sous strict contrôle de l'ONU, est moribond depuis le retrait unilatéral du pacte des Etats-Unis en 2018. Washington a rétabli des sanctions, poussant en riposte Téhéran à se détacher de la plupart de ses engagements. Les Emirats, qui partagent avec Israël une animosité envers l'Iran restent un important partenaire économique de la République islamique. (Belga)

"Le Premier ministre s'envolera aujourd'hui" (dimanche) et doit "s'entretenir demain (lundi) avec le prince héritier d'Abou Dhabi cheikh Mohammed ben Zayed Al-Nahyane" notamment de "l'approfondissement des liens entre les deux pays", est-il précisé dans un communiqué de son bureau. "Il s'agit de la première visite officielle d'un Premier ministre israélien aux Emirats arabes unis", est-il indiqué. Les deux dirigeants doivent également discuter des "enjeux économiques et régionaux qui contribuent à la richesse, à la prospérité et au renforcement de la stabilité" entre Israël et les Emirats. Cette visite intervient alors que les négociations pour sauver l'accord sur le nucléaire iranien ont reprises à Vienne entre Téhéran et les grandes puissances (Etats-Unis, Russie, Chine, France, Allemagne, Royaume-Uni). Ces pourparlers ont été décriés par Israël, qui a appelé Washington à y mettre fin ainsi qu'à prendre des "mesures concrètes" contre l'Iran. L'accord, qui offrait à Téhéran la levée d'une partie des sanctions étouffant son économie en échange d'une réduction drastique de son programme nucléaire, placé sous strict contrôle de l'ONU, est moribond depuis le retrait unilatéral du pacte des Etats-Unis en 2018. Washington a rétabli des sanctions, poussant en riposte Téhéran à se détacher de la plupart de ses engagements. Les Emirats, qui partagent avec Israël une animosité envers l'Iran restent un important partenaire économique de la République islamique. (Belga)