La cour écoutera les témoignages de la mère d'Alexandre Strens, le jeune employé du Musée juif tué lors de la fusillade, mais aussi le président du musée, Philippe Blondin. La cour entendra également le témoignage d'une artiste chilienne de 81 ans qui se trouvait au Musée juif lors de l'attaque. Elle s'est constituée partie civile via son avocat, Me Vincent Lurquin. "Ma cliente était venue visiter l'exposition sur la Shoah, conçue par l'une de ses amies. Toutes deux devaient ensuite dîner avec Alexandre Strens ce jour-là. Ce qui, comme vous le savez, n'a pu avoir lieu étant donné ce qu'il s'est passé", a expliqué Me Lurquin, mercredi à l'audience.

La cour aurait également dû entendre vendredi les deux filles d'Emmanuel et Miriam Riva, le couple de touristes israéliens tués dans l'attentat. Mais celles-ci ne seront entendues que le 31 janvier prochain. Par ailleurs, l'un de leurs avocats, Me Vincent Bodson, a indiqué qu'elles n'assisteraient pas au procès en dehors de leur audition. "Humainement, c'est très difficile pour elles. Le Musée juif se trouve à seulement quelques pas du palais de justice de Bruxelles", a déclaré à l'agence Belga Me Bodson.

Vendredi, la cour visionnera également les images des caméras de vidéosurveillance du Musée juif lors de l'attaque, à la demande des avocats de Mehdi Nemmouche.

Pour rappel, ce dernier et Nacer Bendrer, deux Français âgés de 33 et 30 ans, sont accusés devant la cour d'assises de Bruxelles d'être auteur et co-auteur de l'attaque terroriste commise le 24 mai 2014 au Musée juif de Belgique, situé rue des Minimes à Bruxelles. L'attentat avait coûté la vie à quatre personnes: Emmanuel et Miriam Riva, un couple de touristes israéliens, Dominique Sabrier, une bénévole du musée, et Alexandre Strens, un employé du musée. Mehdi Nemmouche avait été arrêté six jours après les faits, le 30 mai 2014, à la gare routière de Marseille. Il était en possession de munitions et d'armes, dont une kalachnikov et un revolver, qui ont servi lors de l'attaque au Musée juif.

Selon l'enquête, il est celui qui a fait feu sur les quatre victimes à l'intérieur du musée, l'homme visible sur les images de caméras de vidéosurveillance dans et autour du musée lors de l'attaque, et qui avaient fait l'objet d'un avis de recherche largement diffusé. Mehdi Nemmouche ne conteste pas avoir possédé les armes du crime, mais il nie être le tireur. Quant à Nacer Bendrer, arrêté le 9 décembre 2014 à Marseille, il est soupçonné d'avoir fourni les armes à Mehdi Nemmouche.

La cour écoutera les témoignages de la mère d'Alexandre Strens, le jeune employé du Musée juif tué lors de la fusillade, mais aussi le président du musée, Philippe Blondin. La cour entendra également le témoignage d'une artiste chilienne de 81 ans qui se trouvait au Musée juif lors de l'attaque. Elle s'est constituée partie civile via son avocat, Me Vincent Lurquin. "Ma cliente était venue visiter l'exposition sur la Shoah, conçue par l'une de ses amies. Toutes deux devaient ensuite dîner avec Alexandre Strens ce jour-là. Ce qui, comme vous le savez, n'a pu avoir lieu étant donné ce qu'il s'est passé", a expliqué Me Lurquin, mercredi à l'audience. La cour aurait également dû entendre vendredi les deux filles d'Emmanuel et Miriam Riva, le couple de touristes israéliens tués dans l'attentat. Mais celles-ci ne seront entendues que le 31 janvier prochain. Par ailleurs, l'un de leurs avocats, Me Vincent Bodson, a indiqué qu'elles n'assisteraient pas au procès en dehors de leur audition. "Humainement, c'est très difficile pour elles. Le Musée juif se trouve à seulement quelques pas du palais de justice de Bruxelles", a déclaré à l'agence Belga Me Bodson. Vendredi, la cour visionnera également les images des caméras de vidéosurveillance du Musée juif lors de l'attaque, à la demande des avocats de Mehdi Nemmouche. Pour rappel, ce dernier et Nacer Bendrer, deux Français âgés de 33 et 30 ans, sont accusés devant la cour d'assises de Bruxelles d'être auteur et co-auteur de l'attaque terroriste commise le 24 mai 2014 au Musée juif de Belgique, situé rue des Minimes à Bruxelles. L'attentat avait coûté la vie à quatre personnes: Emmanuel et Miriam Riva, un couple de touristes israéliens, Dominique Sabrier, une bénévole du musée, et Alexandre Strens, un employé du musée. Mehdi Nemmouche avait été arrêté six jours après les faits, le 30 mai 2014, à la gare routière de Marseille. Il était en possession de munitions et d'armes, dont une kalachnikov et un revolver, qui ont servi lors de l'attaque au Musée juif. Selon l'enquête, il est celui qui a fait feu sur les quatre victimes à l'intérieur du musée, l'homme visible sur les images de caméras de vidéosurveillance dans et autour du musée lors de l'attaque, et qui avaient fait l'objet d'un avis de recherche largement diffusé. Mehdi Nemmouche ne conteste pas avoir possédé les armes du crime, mais il nie être le tireur. Quant à Nacer Bendrer, arrêté le 9 décembre 2014 à Marseille, il est soupçonné d'avoir fourni les armes à Mehdi Nemmouche.