Munich est la première grande ville allemande à prendre une telle décision cette année, face à la virulence de la nouvelle vague épidémique qui touche l'Allemagne. La Bavière (sud) est l'une des régions les plus touchées. "C'est une nouvelle amère (...) mais la situation dramatique dans nos hôpitaux et la croissance exponentielle du nombre d'infections ne me laissent pas d'autre choix", a indiqué l'élu dans un communiqué. En revanche, la ville de Nuremberg, dans le nord de la Bavière, a décidé de maintenir son marché de Noël mondialement connu, avait-elle confirmé lundi, mais en l'organisant cette année à partir du 26 novembre à quatre endroits différents de la ville afin d'éviter de trop gros rassemblements de personnes. Le maire de Munich, deuxième ville du pays avec plus d'un million et demi d'habitants, a justifié sa décision par la volonté de ne pas envoyer un "mauvais signal" au moment où les hôpitaux de la ville sont confrontés à "une situation catastrophique", selon leurs responsables. L'Allemagne, comme d'autres pays germanophones, est confrontée à une flambée des infections en raison notamment d'un taux de vaccination (67,6%) inférieur aux objectifs du gouvernement. La Bavière, dont Munich est la capitale, est particulièrement touchée par cette vague, avec un taux d'incidence sur sept jours de plus de 500, derrière deux autres Etats régionaux, la Saxe et la Thuringe, encore plus lourdement frappés. L'incidence sur sept jours a enregistré un nouveau record mardi en Allemagne, à plus de 312, tandis que le nombre de nouvelles infections au Covid-19 a atteint 32.048 en 24 heures, selon l'institut de veille sanitaire Robert-Koch (RKI). Le marché de Noël de Munich devait s'ouvrir le 22 novembre. Tous les marchés de Noël, tradition très ancrée en Allemagne, avaient été annulés l'an dernier à cause de la pandémie. (Belga)

Munich est la première grande ville allemande à prendre une telle décision cette année, face à la virulence de la nouvelle vague épidémique qui touche l'Allemagne. La Bavière (sud) est l'une des régions les plus touchées. "C'est une nouvelle amère (...) mais la situation dramatique dans nos hôpitaux et la croissance exponentielle du nombre d'infections ne me laissent pas d'autre choix", a indiqué l'élu dans un communiqué. En revanche, la ville de Nuremberg, dans le nord de la Bavière, a décidé de maintenir son marché de Noël mondialement connu, avait-elle confirmé lundi, mais en l'organisant cette année à partir du 26 novembre à quatre endroits différents de la ville afin d'éviter de trop gros rassemblements de personnes. Le maire de Munich, deuxième ville du pays avec plus d'un million et demi d'habitants, a justifié sa décision par la volonté de ne pas envoyer un "mauvais signal" au moment où les hôpitaux de la ville sont confrontés à "une situation catastrophique", selon leurs responsables. L'Allemagne, comme d'autres pays germanophones, est confrontée à une flambée des infections en raison notamment d'un taux de vaccination (67,6%) inférieur aux objectifs du gouvernement. La Bavière, dont Munich est la capitale, est particulièrement touchée par cette vague, avec un taux d'incidence sur sept jours de plus de 500, derrière deux autres Etats régionaux, la Saxe et la Thuringe, encore plus lourdement frappés. L'incidence sur sept jours a enregistré un nouveau record mardi en Allemagne, à plus de 312, tandis que le nombre de nouvelles infections au Covid-19 a atteint 32.048 en 24 heures, selon l'institut de veille sanitaire Robert-Koch (RKI). Le marché de Noël de Munich devait s'ouvrir le 22 novembre. Tous les marchés de Noël, tradition très ancrée en Allemagne, avaient été annulés l'an dernier à cause de la pandémie. (Belga)