En début de semaine passée, ce dernier avait été lâché par les parlementaires de son propre parti qui pointaient la fragilité juridique du texte et estimaient qu'il s'attaquait trop à la classe moyenne. "Un échec", avait reconnu Jean-Luc Crucke qui avait ajouté, dépité, "qu'il saurait en tirer les conséquences le moment venu". Cinq jours de remue-ménage et de contacts à tous les niveaux plus tard, le projet de décret est finalement revenu sur la table du parlement, où il a été approuvé, y compris par les parlementaires libéraux frondeurs "au nom de la stabilité du gouvernement", a expliqué dimanche le président du parti, Georges-Louis Bouchez.

Ce lundi, dès l'entame du bureau, une procédure a été acceptée par les poids lourds du parti afin qu'un tel scénario ne puisse plus se reproduire. Désormais, le ministre porteur d'une réforme sensible devra en référer directement au chef de file libéral au sein de l'exécutif concerné. Ce dernier, en lien avec la présidence du parti, validera le texte et/ou le soumettra aux députés MR du niveau de pouvoir compétent, rapporte La Libre.

Selon plusieurs sources, Jean-Luc Crucke était bien présent à la réunion mais n'y aurait rien dit.

En début de semaine passée, ce dernier avait été lâché par les parlementaires de son propre parti qui pointaient la fragilité juridique du texte et estimaient qu'il s'attaquait trop à la classe moyenne. "Un échec", avait reconnu Jean-Luc Crucke qui avait ajouté, dépité, "qu'il saurait en tirer les conséquences le moment venu". Cinq jours de remue-ménage et de contacts à tous les niveaux plus tard, le projet de décret est finalement revenu sur la table du parlement, où il a été approuvé, y compris par les parlementaires libéraux frondeurs "au nom de la stabilité du gouvernement", a expliqué dimanche le président du parti, Georges-Louis Bouchez. Ce lundi, dès l'entame du bureau, une procédure a été acceptée par les poids lourds du parti afin qu'un tel scénario ne puisse plus se reproduire. Désormais, le ministre porteur d'une réforme sensible devra en référer directement au chef de file libéral au sein de l'exécutif concerné. Ce dernier, en lien avec la présidence du parti, validera le texte et/ou le soumettra aux députés MR du niveau de pouvoir compétent, rapporte La Libre. Selon plusieurs sources, Jean-Luc Crucke était bien présent à la réunion mais n'y aurait rien dit.