Un policier du district de Macomia, à une centaine de kilomètres au sud d'Antadora, lieu de l'attaque, a confirmé cette embuscade, sans donner de précisions. "On a appelé la police pour qu'elle intervienne, mais il était trop tard pour aider les victimes", a-t-il dit à l'AFP sous couvert de l'anonymat. "Il s'agit de la première attaque confirmée cette année" dans la province de Cabo Delgado. Selon les villageois, quatre à dix personnes ont été tuées quand le minibus transportant 20 personnes de Palma à Pemba a été incendié. "Deux enfants ont été brûlés à l'intérieur du véhicule, un autre a été décapité," a dit un villageois à l'AFP. "Un homme a été décapité devant sa femme et ses enfants". Des femmes sont portées disparues. "La plupart des gens n'ont pas survécu. Le nombre de survivants est inférieur à 10," selon un autre villageois. Depuis plus de deux ans, un mystérieux groupe d'inspiration islamiste, sans visage et sans revendication, sème la mort et la terreur dans le nord du Mozambique, dans la province à majorité musulmane du Cabo Delgado. L'armée mozambicaine a pris la tête des opérations de maintien de l'ordre dans cette province, avec le soutien discret de mercenaires russes. Et le groupe Etat islamique (EI) y est apparu en revendiquant ses premières attaques. Aujourd'hui, le constat est unanime: la violence dans la région est à son comble depuis le début de l'insurrection en 2017. Selon une ONG sur place, au moins 90.000 civils ont été déplacés par les combats et survivent dans des conditions très précaires. (Belga)

Un policier du district de Macomia, à une centaine de kilomètres au sud d'Antadora, lieu de l'attaque, a confirmé cette embuscade, sans donner de précisions. "On a appelé la police pour qu'elle intervienne, mais il était trop tard pour aider les victimes", a-t-il dit à l'AFP sous couvert de l'anonymat. "Il s'agit de la première attaque confirmée cette année" dans la province de Cabo Delgado. Selon les villageois, quatre à dix personnes ont été tuées quand le minibus transportant 20 personnes de Palma à Pemba a été incendié. "Deux enfants ont été brûlés à l'intérieur du véhicule, un autre a été décapité," a dit un villageois à l'AFP. "Un homme a été décapité devant sa femme et ses enfants". Des femmes sont portées disparues. "La plupart des gens n'ont pas survécu. Le nombre de survivants est inférieur à 10," selon un autre villageois. Depuis plus de deux ans, un mystérieux groupe d'inspiration islamiste, sans visage et sans revendication, sème la mort et la terreur dans le nord du Mozambique, dans la province à majorité musulmane du Cabo Delgado. L'armée mozambicaine a pris la tête des opérations de maintien de l'ordre dans cette province, avec le soutien discret de mercenaires russes. Et le groupe Etat islamique (EI) y est apparu en revendiquant ses premières attaques. Aujourd'hui, le constat est unanime: la violence dans la région est à son comble depuis le début de l'insurrection en 2017. Selon une ONG sur place, au moins 90.000 civils ont été déplacés par les combats et survivent dans des conditions très précaires. (Belga)