Vendredi dernier, le collège communal de la ville de Liège (PS/MR) s'est positionné dans le dossier Nethys/Enodia après avoir entendu une communication de l'échevine Julie Fernandez Fernandez, nouvellement désignée présidente du Conseil d'administration de l'intercommunale Enodia, maison-mère de Nethys. Le collège a affirmé sa désapprobation quant aux sommes versées à une partie de l'ancien management de Nethys (18,6 millions d'euros) et a exprimé son souhait d'entreprendre toute démarche et action, en ce compris judiciaire, en vue que soit restituée toute somme qui aurait été perçue illégalement. Le collège avait néanmoins considéré qu'il était prématuré de prendre une décision lors du conseil communal de ce 25 novembre sachant que différents avis juridiques sont attendus pour le 28 novembre, jour du CA d'Enodia.

Lundi soir, un débat relatif à ces sommes versées a animé le conseil communal de Liège. Les groupes de l'opposition appelant fermement le conseil communal à agir de manière à défendre les intérêts de la ville de Liège en tant que deuxième actionnaire plus important d'Enodia après la Province de Liège. A la suite d'une suspension de séance de quelques minutes, le conseil communal a finalement voté, après amendements, une motion déposée par Vert Ardent. Seuls le PTB et Véga se sont abstenus.

A travers cette motion, le conseil communal de Liège exprime sa volonté de récupérer toute somme qui aurait été perçue illégalement par les anciens membres du management de Nethys. En outre, il "demande et autorise le collège communal à agir en justice pour y défendre les intérêts de la ville de Liège dans tout ce qui concerne l'octroi d'indemnités ou autres avantages aux membres de l'ancienne équipe de direction d'Enodia/Nethys ou d'autres filiales du groupe".