"Nous avions déposé une proposition de résolution dès le 14 avril, après la sortie de Paul Magnette (président du PS) sur l'octroi d'une prime de 750 euros aux travailleurs de première ligne. Elle a été rejetée. Nous sommes ensuite revenus à la charge mais on nous a renvoyés vers le fédéral. La semaine passée, celui-ci a décidé d'accorder un soutien aux travailleurs des établissements qui relèvent de sa compétence. En Wallonie, c'est donc à la Région de faire la même chose", a souligné François Desquesnes, le chef de file des humanistes au parlement wallon. Concrètement, le cdH appelle l'exécutif régional à libérer une enveloppe supplémentaire afin d'accorder une prime de risque de 300 euros aux travailleurs - personnel soignant, éducateurs, travailleurs en charge du nettoyage, ... - des établissements de soins, des centres pour personnes handicapées ou encore des maisons de repos relevant des compétences de la Région. "Il y a environ 60.000 personnes qui pourraient en bénéficier, ce qui nous fait un budget de 18 millions d'euros", une goutte par rapport aux sommes déjà débloquées, a poursuivi François Desquesnes. "Aujourd'hui, il est temps de passer des applaudissements aux actes", a-t-il ajouté en appelant par ailleurs à une revalorisation structurelle du secteur. "Nous espérons que cette prime ne sera qu'une première étape et qu'elle ouvrira la porte à une véritable revalorisation salariale", a-t-il conclu. (Belga)

"Nous avions déposé une proposition de résolution dès le 14 avril, après la sortie de Paul Magnette (président du PS) sur l'octroi d'une prime de 750 euros aux travailleurs de première ligne. Elle a été rejetée. Nous sommes ensuite revenus à la charge mais on nous a renvoyés vers le fédéral. La semaine passée, celui-ci a décidé d'accorder un soutien aux travailleurs des établissements qui relèvent de sa compétence. En Wallonie, c'est donc à la Région de faire la même chose", a souligné François Desquesnes, le chef de file des humanistes au parlement wallon. Concrètement, le cdH appelle l'exécutif régional à libérer une enveloppe supplémentaire afin d'accorder une prime de risque de 300 euros aux travailleurs - personnel soignant, éducateurs, travailleurs en charge du nettoyage, ... - des établissements de soins, des centres pour personnes handicapées ou encore des maisons de repos relevant des compétences de la Région. "Il y a environ 60.000 personnes qui pourraient en bénéficier, ce qui nous fait un budget de 18 millions d'euros", une goutte par rapport aux sommes déjà débloquées, a poursuivi François Desquesnes. "Aujourd'hui, il est temps de passer des applaudissements aux actes", a-t-il ajouté en appelant par ailleurs à une revalorisation structurelle du secteur. "Nous espérons que cette prime ne sera qu'une première étape et qu'elle ouvrira la porte à une véritable revalorisation salariale", a-t-il conclu. (Belga)