Seuls quatre membres de la majorité du Parti socialiste n'étaient pas présents vendredi soir pour voter la motion de méfiance collective. Celle-ci a été adoptée à la majorité complète des personnes présentes. Mme Targnion, exclue du Parti socialiste en 2020, reprend sa place de bourgmestre. "Comme je l'ai dit dans mon intervention, on est sans triomphalisme parce qu'on sait qu'on vient de vivre une année qui a été compliquée pour les citoyens, pour l'administration et pour le Conseil communal, mais aussi pour nous tous, à titre personnel, qui avons vécu cette crise. J'ai demandé des excuses à ce propos," a expliqué la bourgmestre verviétoise Muriel Targnion à l'agence Belga, peu après le vote. D'autres conséquences font suite à ce nouvel accord. L'échevin des Finances Alexandre Loffet, fidèle proche de la bourgmestre, sera amené à quitter son poste en 2023 pour le céder à un socialiste avant les prochaines élections communales de 2024. Il devait également y avoir un autre socialiste dans le Collège communal. Cela est chose faite avec la nouvelle présidente du CPAS, la socialiste Gaëlle Denys. Une nouvelle échevine humaniste s'est également ajoutée au Collège, en la personne de Cécile Ozer. Celle-ci s'occupera notamment du Commerce, des Affaires économiques et de la Petite enfance. La bourgmestre verviétoise se félicite du travail accompli. "C'est une majorité où la démocratie est respectée puisque je suis la bourgmestre légitime de la ville et personne n'est écarté contre sa volonté. On a trouvé un consensus pour pouvoir travailler tous ensemble, dans une bonne harmonie et dans l'intérêt de Verviers. On a réussi à tous se rasseoir autour d'une table, à faire preuve de résilience et on a pu chacun s'exprimer sur nos ressentis de cette crise. On s'est rendu compte que tout le monde pensait être dans son bon droit et chacun a pu s'expliquer, mieux se comprendre." Le cartel MR - Nouveau Verviers - cdH obtient quatre échevinats tandis que le groupe de Muriel Targnion et le parti socialiste se partagent les cinq autres mandats. Cet accord marque la fin d'une crise qui a entaché la vie politique verviétoise. "Cela a provoqué des dégâts notamment par rapport la crédibilité que l'on a face aux citoyens. Effectivement, ça n'a pas donné une belle image et j'en tire les conséquences." La bourgmestre verviétoise a déjà annoncé qu'elle prendrait sa retraite politique lors des prochaines élections communales. "Je ne me représenterai pas en 2024. Mon objectif est de travailler à fond comme je le fais et comme je n'ai jamais cessé de le faire jusqu'au 1er décembre 2024 et puis je changerai de vie," conclut la bourgmestre verviétoise. (Belga)

Seuls quatre membres de la majorité du Parti socialiste n'étaient pas présents vendredi soir pour voter la motion de méfiance collective. Celle-ci a été adoptée à la majorité complète des personnes présentes. Mme Targnion, exclue du Parti socialiste en 2020, reprend sa place de bourgmestre. "Comme je l'ai dit dans mon intervention, on est sans triomphalisme parce qu'on sait qu'on vient de vivre une année qui a été compliquée pour les citoyens, pour l'administration et pour le Conseil communal, mais aussi pour nous tous, à titre personnel, qui avons vécu cette crise. J'ai demandé des excuses à ce propos," a expliqué la bourgmestre verviétoise Muriel Targnion à l'agence Belga, peu après le vote. D'autres conséquences font suite à ce nouvel accord. L'échevin des Finances Alexandre Loffet, fidèle proche de la bourgmestre, sera amené à quitter son poste en 2023 pour le céder à un socialiste avant les prochaines élections communales de 2024. Il devait également y avoir un autre socialiste dans le Collège communal. Cela est chose faite avec la nouvelle présidente du CPAS, la socialiste Gaëlle Denys. Une nouvelle échevine humaniste s'est également ajoutée au Collège, en la personne de Cécile Ozer. Celle-ci s'occupera notamment du Commerce, des Affaires économiques et de la Petite enfance. La bourgmestre verviétoise se félicite du travail accompli. "C'est une majorité où la démocratie est respectée puisque je suis la bourgmestre légitime de la ville et personne n'est écarté contre sa volonté. On a trouvé un consensus pour pouvoir travailler tous ensemble, dans une bonne harmonie et dans l'intérêt de Verviers. On a réussi à tous se rasseoir autour d'une table, à faire preuve de résilience et on a pu chacun s'exprimer sur nos ressentis de cette crise. On s'est rendu compte que tout le monde pensait être dans son bon droit et chacun a pu s'expliquer, mieux se comprendre." Le cartel MR - Nouveau Verviers - cdH obtient quatre échevinats tandis que le groupe de Muriel Targnion et le parti socialiste se partagent les cinq autres mandats. Cet accord marque la fin d'une crise qui a entaché la vie politique verviétoise. "Cela a provoqué des dégâts notamment par rapport la crédibilité que l'on a face aux citoyens. Effectivement, ça n'a pas donné une belle image et j'en tire les conséquences." La bourgmestre verviétoise a déjà annoncé qu'elle prendrait sa retraite politique lors des prochaines élections communales. "Je ne me représenterai pas en 2024. Mon objectif est de travailler à fond comme je le fais et comme je n'ai jamais cessé de le faire jusqu'au 1er décembre 2024 et puis je changerai de vie," conclut la bourgmestre verviétoise. (Belga)