"Nous sommes prêts à discuter et nous n'avons pas de sujets tabous. Nous parlerons de tout ce que nous jugeons nécessaire et nous serons prêts à répondre aux questions que la partie américaine soulèvera. Cela vaut également pour les droits humains", a déclaré lors d'une conférence de presse le chef de la diplomatie russe, Sergueï Lavrov. Il a ajouté que Moscou était "prêt" à discuter des "problèmes qui existent aux Etats-Unis", disant être "très intéressé par les poursuites visant les personnes accusées des émeutes du 6 janvier", lorsque des militants pro-Trump ont mené un assaut meurtrier sur le Capitole, le siège du Congrès américain. Aux Etats-Unis, "il se passe beaucoup de choses vraiment intéressantes, y compris du point de vue des droits humains, du point de vue des droits de l'opposition, du point de vue de la protection de l'opposition", a-t-il dit. M. Lavrov répondait à la question d'un journaliste qui lui demandait si Moscou était prêt à aborder la situation de l'opposition et des droits humains en Russie lors de l'entrevue entre Vladimir Poutine et Joe Biden. Ces propos interviennent également après que M. Biden a promis dimanche de dire à M. Poutine que les Etats-Unis ne "resteront pas les bras croisés pendant" que la Russie "viole" les droits humains. Les relations entre les Etats-Unis sont au plus bas, entre désaccords sur les principaux dossiers internationaux, expulsions croisées de diplomates, accusations d'ingérence électorale, d'espionnage ou encore de cyberattaques imputées à Moscou. (Belga)

"Nous sommes prêts à discuter et nous n'avons pas de sujets tabous. Nous parlerons de tout ce que nous jugeons nécessaire et nous serons prêts à répondre aux questions que la partie américaine soulèvera. Cela vaut également pour les droits humains", a déclaré lors d'une conférence de presse le chef de la diplomatie russe, Sergueï Lavrov. Il a ajouté que Moscou était "prêt" à discuter des "problèmes qui existent aux Etats-Unis", disant être "très intéressé par les poursuites visant les personnes accusées des émeutes du 6 janvier", lorsque des militants pro-Trump ont mené un assaut meurtrier sur le Capitole, le siège du Congrès américain. Aux Etats-Unis, "il se passe beaucoup de choses vraiment intéressantes, y compris du point de vue des droits humains, du point de vue des droits de l'opposition, du point de vue de la protection de l'opposition", a-t-il dit. M. Lavrov répondait à la question d'un journaliste qui lui demandait si Moscou était prêt à aborder la situation de l'opposition et des droits humains en Russie lors de l'entrevue entre Vladimir Poutine et Joe Biden. Ces propos interviennent également après que M. Biden a promis dimanche de dire à M. Poutine que les Etats-Unis ne "resteront pas les bras croisés pendant" que la Russie "viole" les droits humains. Les relations entre les Etats-Unis sont au plus bas, entre désaccords sur les principaux dossiers internationaux, expulsions croisées de diplomates, accusations d'ingérence électorale, d'espionnage ou encore de cyberattaques imputées à Moscou. (Belga)