"Il y a des propositions sur la table des négociations dans le cadre du mécanisme de Montevideo qui suggèrent un dialogue inclusif entre toutes les forces politiques du Venezuela. Nous espérons vraiment que le chef de l'opposition Guaido va y répondre", a déclaré le chef de la diplomatie russe, Sergueï Lavrov. "Des résultats ne peuvent être obtenus qu'à travers un dialogue inclusif et des compromis. Toute utilisation de la force ne fera qu'aggraver le problème", a-t-il poursuivi, ajoutant espérer que "la prudence l'emportera". Des milliers d'opposants au Venezuela se préparent à converger vers les frontières dans le but de permettre l'entrée de l'aide humanitaire envoyée par les Etats-Unis et le Brésil et stockée aux portes du pays. Les militaires fidèles au président Nicolas Maduro se sont pour leur part dit déterminés à les en empêcher. L'entrée de l'aide venue des Etats-Unis est un sujet extrêmement sensible au Venezuela, même si le pays est en proie à des pénuries qui ont poussé à l'exil plus de deux millions de Vénézuéliens depuis 2015, selon l'ONU. Nicolas Maduro voit dans l'aide humanitaire les prémices d'une intervention militaire américaine, et rejette la responsabilité des pénuries sur les sanctions de Washington. Il a annoncé l'acheminement mercredi de 300 tonnes de médicaments achetés à la Russie, alliée de Caracas, en plus des 933 tonnes achetées récemment à la Chine, la Russie et Cuba. M. Lavrov n'a pas fait mention de l'envoi de l'aide humanitaire russe au Venezuela, mais une source anonyme a indiqué à l'agence publique Ria Novosti que des médicaments et du matériel médical étaient arrivés à l'aéroport de Caracas mercredi depuis la Russie. La Russie et le Venezuela mèneront "prochainement" des rencontres à divers niveaux pour évoquer la crise que traverse le pays, a indiqué le vice-ministre des Affaires étrangères, Sergueï Riabkov, cité par Ria Novosti. (Belga)