La Wallonie soutient la demande européenne d'une enquête "sérieuse et approfondie". "Et de concert avec un certain nombre d'autres pays européens ou non-européens, nous allons définir une position en fonction des résultats de cette enquête", a-t-il déclaré.

Si les faits reprochés au royaume saoudien sont confirmés, "on est dans l'inadmissible", estime le ministre-président wallon. "Cela appelle une réaction et on n'exclut pas une suspension des livraisons d'armes."

La Wallonie est notamment attentive à la position qu'adoptera l'Allemagne, a précisé M. Borsus à l'Agence Belga. "Tant que ces questions (sur la mort de M. Khasoggi, ) resteront ouvertes, je ne peux pas m'imaginer qu'il y ait une base positive au sein du gouvernement allemand pour approuver des exportations d'armes vers l'Arabie saoudite", a déclaré samedi soir le ministre allemand des Affaires étrangères Heiko Maas dans une interview à la chaîne de télévision ARD.

L'Arabie saoudite était le premier client en 2017 de l'industrie wallonne de l'armement pour un montant total de 153 millions d'euros. M. Borsus s'entretiendra lundi à ce sujet avec le ministre des Affaires étrangères, Didier Reynders. Les deux ministres MR accompagnent le couple royal dans la visite d'Etat au Portugal.

Au mois de juin 2017, la Chambre avait approuvé une résolution sur les relations entre la Belgique et l'Arabie saoudite. Le texte demandait notamment aux Régions de ne plus autoriser les ventes d'armes à l'Arabie saoudite. Le MR, alors dans l'opposition en Région wallonne, l'avait soutenu.

Belga

La Wallonie soutient la demande européenne d'une enquête "sérieuse et approfondie". "Et de concert avec un certain nombre d'autres pays européens ou non-européens, nous allons définir une position en fonction des résultats de cette enquête", a-t-il déclaré. Si les faits reprochés au royaume saoudien sont confirmés, "on est dans l'inadmissible", estime le ministre-président wallon. "Cela appelle une réaction et on n'exclut pas une suspension des livraisons d'armes." La Wallonie est notamment attentive à la position qu'adoptera l'Allemagne, a précisé M. Borsus à l'Agence Belga. "Tant que ces questions (sur la mort de M. Khasoggi, ) resteront ouvertes, je ne peux pas m'imaginer qu'il y ait une base positive au sein du gouvernement allemand pour approuver des exportations d'armes vers l'Arabie saoudite", a déclaré samedi soir le ministre allemand des Affaires étrangères Heiko Maas dans une interview à la chaîne de télévision ARD. L'Arabie saoudite était le premier client en 2017 de l'industrie wallonne de l'armement pour un montant total de 153 millions d'euros. M. Borsus s'entretiendra lundi à ce sujet avec le ministre des Affaires étrangères, Didier Reynders. Les deux ministres MR accompagnent le couple royal dans la visite d'Etat au Portugal. Au mois de juin 2017, la Chambre avait approuvé une résolution sur les relations entre la Belgique et l'Arabie saoudite. Le texte demandait notamment aux Régions de ne plus autoriser les ventes d'armes à l'Arabie saoudite. Le MR, alors dans l'opposition en Région wallonne, l'avait soutenu. Belga