Vias, anciennement l'Institut belge pour la sécurité routière (IBSR), a interrogé les Belges quant aux comportements les plus irritants sur la route. Le fait de demeurer sur la bande du milieu au lieu de se rabattre récolte les suffrages de plus d'une personne sur quatre (27%). De manière générale, il précède les automobilistes qui talonnent les autres conducteurs (14%) et la non-utilisation des clignotants (11%). En agglomération, la non-utilisation des clignotants est en tête du top 3 des incivilités avec 25% des usagers de la route contre elle. Suivent l'utilisation du GSM au volant (21%) et le fait d'entrer dans un carrefour encombré en bloquant les autres automobilistes (18%). L'agressivité au volant a également fait l'objet de l'attention de Vias. Plus d'un Belge sur deux (57%) affirme avoir été confronté à des comportements agressifs dans le trafic au cours de l'année écoulée. Il s'agit principalement de coups de klaxon (28%), de gestes obscènes (28%) et d'injures (27%). Deux pourcents des personnes interrogées affirment par ailleurs avoir été victimes d'agression physique. (Belga)

Vias, anciennement l'Institut belge pour la sécurité routière (IBSR), a interrogé les Belges quant aux comportements les plus irritants sur la route. Le fait de demeurer sur la bande du milieu au lieu de se rabattre récolte les suffrages de plus d'une personne sur quatre (27%). De manière générale, il précède les automobilistes qui talonnent les autres conducteurs (14%) et la non-utilisation des clignotants (11%). En agglomération, la non-utilisation des clignotants est en tête du top 3 des incivilités avec 25% des usagers de la route contre elle. Suivent l'utilisation du GSM au volant (21%) et le fait d'entrer dans un carrefour encombré en bloquant les autres automobilistes (18%). L'agressivité au volant a également fait l'objet de l'attention de Vias. Plus d'un Belge sur deux (57%) affirme avoir été confronté à des comportements agressifs dans le trafic au cours de l'année écoulée. Il s'agit principalement de coups de klaxon (28%), de gestes obscènes (28%) et d'injures (27%). Deux pourcents des personnes interrogées affirment par ailleurs avoir été victimes d'agression physique. (Belga)