Les faits se sont déroulés mardi soir, alors que le couple venait de quitter la piste lors de la demi-finale. "L'agression a eu lieu et, dans la foulée, l'organisation a condamné les faits, a porté assistance à la victime et pris la décision de disqualifier le danseur", a déclaré cette source, sous couvert d'anonymat. La jeune femme, également de nationalité russe, est l'épouse du danseur, a-t-on indiqué, précisant qu'elle avait "refusé de déposer plainte". L'organisation a refusé de donner l'identité des danseurs. Selon les médias locaux, il s'agit de Kirill Parshakov et Anna Gudyno. L'incident a été dénoncé par le Mouvement féministe du tango (MFT) dans un communiqué. Selon le MFT, plusieurs témoins ont rapporté que le danseur avait assené un "coup de poing" à son épouse. Paroles trop machistes, guidage exclusivement masculin, invitation à danser uniquement à l'initiative de l'homme: ce collectif féministe a profité du Mondial de tango, du 8 au 21 août à Buenos Aires, pour revisiter les stéréotypes de cette danse très codifiée. Durant la manifestation, le MFT a notamment présenté un protocole à suivre en cas de violence contre les femmes dans le milieu du tango. Au cours de ce Mondial, 744 couples originaires de 36 pays et âgés de 18 à 99 ans participent à la compétition qui se termine mercredi. (Belga)