En 2017, 4.550 personnes sans papiers avaient été interpellées et 2018 s'était révélé une année record avec 7.078 migrants interceptés. En 2019, la pression a été plus forte en janvier et octobre avec respectivement des chiffres de 685 et 635. Les autres mois ont été plus calmes. Quelque 76% des personnes ont été interceptées dans et aux alentours du port de Zeebrugge. Il s'agit essentiellement d'Algériens. La baisse est, selon le gouverneur, la conséquence de plusieurs facteurs. "L'incertitude par rapport au Brexit a incontestablement joué un rôle. On remarque aussi que les routes ont changé et que la traversée vers l'Angleterre se fait plus souvent depuis la France", explique M. Decaluwé. Il est pour le moment difficile de prévoir l'effet qu'aura le Brexit, estime le gouverneur. "Nous continuons à nous concerter avec la France et la Grande-Bretagne afin de gérer au mieux les choses". (Belga)

En 2017, 4.550 personnes sans papiers avaient été interpellées et 2018 s'était révélé une année record avec 7.078 migrants interceptés. En 2019, la pression a été plus forte en janvier et octobre avec respectivement des chiffres de 685 et 635. Les autres mois ont été plus calmes. Quelque 76% des personnes ont été interceptées dans et aux alentours du port de Zeebrugge. Il s'agit essentiellement d'Algériens. La baisse est, selon le gouverneur, la conséquence de plusieurs facteurs. "L'incertitude par rapport au Brexit a incontestablement joué un rôle. On remarque aussi que les routes ont changé et que la traversée vers l'Angleterre se fait plus souvent depuis la France", explique M. Decaluwé. Il est pour le moment difficile de prévoir l'effet qu'aura le Brexit, estime le gouverneur. "Nous continuons à nous concerter avec la France et la Grande-Bretagne afin de gérer au mieux les choses". (Belga)