Une proportion de 31,52% a indiqué utilisé au quotidien les transports en communs tandis que 22,77% ne les utilisent jamais. Les raisons de la non-utilisation sont dans l'ordre une offre insuffisante (39,23%), des horaires inadaptés (23,85%) et des trajets en voiture plus rapides (14,62%). Le mode de transport le plus utilisé est le train (91,70%).

Une proportion de 38,41% a répondu avoir dû arrêter un mode de transport en commun au profit de la voiture, et ce pour des retards récurrents (28,74%), une offre insuffisante (27,01%) et des horaires inadaptés (17,24%).

Par ailleurs, 38,41% des répondants ont répondu ne pas être assez informés et ce en raison de l'absence d'un site internet unique (73,33%), de sites mal conçus (14,55%) et d'informations non-actualisées (12,12%).

Le CDH entend mettre à profit ces résultats pour des interpellations niveau fédéral (pour la SNCB notamment), régional (pour le TEC) et des actions au niveau provincial et communal (transports en commun, covoiturage, ...).

Une proportion de 31,52% a indiqué utilisé au quotidien les transports en communs tandis que 22,77% ne les utilisent jamais. Les raisons de la non-utilisation sont dans l'ordre une offre insuffisante (39,23%), des horaires inadaptés (23,85%) et des trajets en voiture plus rapides (14,62%). Le mode de transport le plus utilisé est le train (91,70%). Une proportion de 38,41% a répondu avoir dû arrêter un mode de transport en commun au profit de la voiture, et ce pour des retards récurrents (28,74%), une offre insuffisante (27,01%) et des horaires inadaptés (17,24%). Par ailleurs, 38,41% des répondants ont répondu ne pas être assez informés et ce en raison de l'absence d'un site internet unique (73,33%), de sites mal conçus (14,55%) et d'informations non-actualisées (12,12%). Le CDH entend mettre à profit ces résultats pour des interpellations niveau fédéral (pour la SNCB notamment), régional (pour le TEC) et des actions au niveau provincial et communal (transports en commun, covoiturage, ...).