"Aujourd'hui, le dernier conseil des ministres approche et le projet de réforme que vous aviez promis n'est pas à l'ordre du jour. Pire, nous avons entendu que vous aviez indiqué hier devant le Parlement que vous ne comptiez pas présenter de projet d'ordonnance lors du conseil des ministres et que vous alliez, à la place, faire adopter l'arrêté modifiant les conditions d'accès aux activités de LVC. Ce n'est pas acceptable", se hérissent les associations représentatives du secteur des limousines, dans ce courrier. Le gouvernement bruxellois avait annoncé il y a quelques semaines qu'il disposerait d'ici l'été d'un projet de réforme de l'ordonnance régulant le secteur des taxis et, plus largement, le transport rémunéré des personnes et qu'une concertation serait organisée une fois que l'avant-projet aura été déposé. Les chauffeurs de LVC ont manifesté à deux reprises durant le mois de mai contre la mise en ?uvre par Bruxelles Mobilité de la verbalisation des chauffeurs utilisant l'application Uber sous la licence LVC (location de voiture avec chauffeur), en recourant au smartphone. Les chauffeurs mécontents déploraient en outre l'absence, jusqu'à présent, de concertation de la part des autorités régionales en vue d'une réforme du secteur. En se référant à un jugement de janvier dernier, le gouvernement bruxellois a décidé d'appliquer strictement, depuis le 1er mars, l'ordonnance bruxelloise de 1995, ce qui revient à reconnaître l'usage de l'application Uber comme illégale. (Belga)

"Aujourd'hui, le dernier conseil des ministres approche et le projet de réforme que vous aviez promis n'est pas à l'ordre du jour. Pire, nous avons entendu que vous aviez indiqué hier devant le Parlement que vous ne comptiez pas présenter de projet d'ordonnance lors du conseil des ministres et que vous alliez, à la place, faire adopter l'arrêté modifiant les conditions d'accès aux activités de LVC. Ce n'est pas acceptable", se hérissent les associations représentatives du secteur des limousines, dans ce courrier. Le gouvernement bruxellois avait annoncé il y a quelques semaines qu'il disposerait d'ici l'été d'un projet de réforme de l'ordonnance régulant le secteur des taxis et, plus largement, le transport rémunéré des personnes et qu'une concertation serait organisée une fois que l'avant-projet aura été déposé. Les chauffeurs de LVC ont manifesté à deux reprises durant le mois de mai contre la mise en ?uvre par Bruxelles Mobilité de la verbalisation des chauffeurs utilisant l'application Uber sous la licence LVC (location de voiture avec chauffeur), en recourant au smartphone. Les chauffeurs mécontents déploraient en outre l'absence, jusqu'à présent, de concertation de la part des autorités régionales en vue d'une réforme du secteur. En se référant à un jugement de janvier dernier, le gouvernement bruxellois a décidé d'appliquer strictement, depuis le 1er mars, l'ordonnance bruxelloise de 1995, ce qui revient à reconnaître l'usage de l'application Uber comme illégale. (Belga)