Au-delà du 1er octobre, les véhicules pourront par exemple recevoir un carton rouge en cas de défaut lié à l'éclairage ou à certains réflecteurs. "La meilleure préparation au contrôle technique est toujours une inspection complète par un garagiste. Cependant, il est toujours possible qu'un petit défaut apparaisse lors d'un contrôle périodique. Il est alors frustrant que, par exemple, pour un voyant défectueux, le véhicule doive être conduit à nouveau au centre de contrôle. Une simple confirmation d'une entreprise agréée au centre de contrôle que le problème a été résolu pourrait suffire pour délivrer une carte verte après réparation", peut-on lire dans le communiqué. La même simplification serait souhaitable pour le contrôle initial des crochets d'attelage, poursuit Mobia. Les monteurs agréés pourraient ainsi attester eux-mêmes de la conformité technique et faire délivrer un certificat de contrôle par les centres de contrôle. Mobia souligne néanmoins que "cette simplification devra, bien entendu, être réalisée en étroite collaboration avec les centres de contrôle, qui continueront à veiller à la qualité du travail fourni, ainsi qu'à la définition des critères d'agrément et des détails techniques de l'opération". (Belga)

Au-delà du 1er octobre, les véhicules pourront par exemple recevoir un carton rouge en cas de défaut lié à l'éclairage ou à certains réflecteurs. "La meilleure préparation au contrôle technique est toujours une inspection complète par un garagiste. Cependant, il est toujours possible qu'un petit défaut apparaisse lors d'un contrôle périodique. Il est alors frustrant que, par exemple, pour un voyant défectueux, le véhicule doive être conduit à nouveau au centre de contrôle. Une simple confirmation d'une entreprise agréée au centre de contrôle que le problème a été résolu pourrait suffire pour délivrer une carte verte après réparation", peut-on lire dans le communiqué. La même simplification serait souhaitable pour le contrôle initial des crochets d'attelage, poursuit Mobia. Les monteurs agréés pourraient ainsi attester eux-mêmes de la conformité technique et faire délivrer un certificat de contrôle par les centres de contrôle. Mobia souligne néanmoins que "cette simplification devra, bien entendu, être réalisée en étroite collaboration avec les centres de contrôle, qui continueront à veiller à la qualité du travail fourni, ainsi qu'à la définition des critères d'agrément et des détails techniques de l'opération". (Belga)