"La Première ministre doit voir par elle-même quand elle veut communiquer. Je pense que tout le monde sait que ce sera son tour et qu'elle doit passer à l'étape suivante", a-t-il déclaré lors du journal télévisé de la chaîne de télévision privée flamande VTM. M. Rousseau et son homologue francophone, le président du PS, Paul Magnette, ont remis lundi à Mme Wilmès (MR) le rapport final de leurs consultations avec les dix partis associés aux pouvoirs spéciaux accordés au gouvernement. Ils ont essayé de dégager la façon dont les uns et les autres voyaient l'après-juin et la fin des pouvoirs spéciaux, et de connaître leurs points de vue sur un certain nombre de sujets déterminants pour la confection d'une éventuelle majorité fédérale et d'un plan de relance. La cheffe du gouvernement fédéral - minoritaire - a été la seule à recevoir ce rapport. Les présidents des deux partis socialistes proposent de passer la main à Mme Wilmès, qu'ils jugent la mieux placée. "Nous avons eu une bonne discussion cet après-midi au cours de laquelle il était très clair qu'elle est la personne indiquée, et la seule, qui puisse en fait endosser le rôle de formateur", a ajouté M. Rousseau. Concrètement, le président du sp.a s'attend à ce que Mme Wilmès "fasse le bon pas et rassemble les bonnes personnes". "Elle peut maintenant prendre l'initiative de passer à l'étape suivante. Et elle peut prendre le temps d'étudier ce rapport en profondeur", a-t-il poursuivi. M. Rousseau a encore souligné que Mme Wilmès devra demander la confiance au parlement le 26 septembre. "Parce que ce gouvernement minoritaire, ces 38 sièges, ne sont pas suffisants pour former un gouvernement de plein exercice et stable". (Belga)

"La Première ministre doit voir par elle-même quand elle veut communiquer. Je pense que tout le monde sait que ce sera son tour et qu'elle doit passer à l'étape suivante", a-t-il déclaré lors du journal télévisé de la chaîne de télévision privée flamande VTM. M. Rousseau et son homologue francophone, le président du PS, Paul Magnette, ont remis lundi à Mme Wilmès (MR) le rapport final de leurs consultations avec les dix partis associés aux pouvoirs spéciaux accordés au gouvernement. Ils ont essayé de dégager la façon dont les uns et les autres voyaient l'après-juin et la fin des pouvoirs spéciaux, et de connaître leurs points de vue sur un certain nombre de sujets déterminants pour la confection d'une éventuelle majorité fédérale et d'un plan de relance. La cheffe du gouvernement fédéral - minoritaire - a été la seule à recevoir ce rapport. Les présidents des deux partis socialistes proposent de passer la main à Mme Wilmès, qu'ils jugent la mieux placée. "Nous avons eu une bonne discussion cet après-midi au cours de laquelle il était très clair qu'elle est la personne indiquée, et la seule, qui puisse en fait endosser le rôle de formateur", a ajouté M. Rousseau. Concrètement, le président du sp.a s'attend à ce que Mme Wilmès "fasse le bon pas et rassemble les bonnes personnes". "Elle peut maintenant prendre l'initiative de passer à l'étape suivante. Et elle peut prendre le temps d'étudier ce rapport en profondeur", a-t-il poursuivi. M. Rousseau a encore souligné que Mme Wilmès devra demander la confiance au parlement le 26 septembre. "Parce que ce gouvernement minoritaire, ces 38 sièges, ne sont pas suffisants pour former un gouvernement de plein exercice et stable". (Belga)