Il sera désormais chargé de seconder le rover dans sa mission principale, la quête de vie ancienne sur Mars, en allant par exemple explorer des endroits d'intérêt scientifique, inaccessibles à quatre roues, ou en repérant le chemin le plus sûr. "Ingenuity va passer d'une mission de démonstration technologique, où nous prouvons les capacités techniques de l'hélicoptère, à une mission de démonstration d'opérations, où nous rassemblons des informations sur la capacité de l'hélicoptère à apporter un soutien opérationnel" à Perseverance, a déclaré lors d'une conférence de presse Lori Glaze, directrice de la division de la Nasa sur l'étude des planètes. "Au bout de 30 jours, nous évaluerons où nous en sommes", a-t-elle ajouté, l'Agence spatiale américaine n'excluant pas de prolonger encore l'expérimentation par la suite. Mais Ingenuity "n'a pas vraiment été conçu pour une longue mission", a temporisé Bob Balaram, ingénieur en chef de l'engin, pointant notamment l'effet de cycles répétés de gel et de dégel. Il faudrait également qu'Ingenuity ne s'écrase pas, alors que ses vols seront de plus en plus périlleux. A commencer par celui prévu vendredi, le quatrième et le plus long réalisé jusqu'ici. La mission de l'hélicoptère devait initialement prendre fin au bout de 30 jours, car la Nasa pensait ensuite faire rouler le rover vite et loin pour atteindre une zone intéressante où prélever des échantillons de roche. Ingenuity n'aurait alors pas pu suivre le rythme, étant obligé de recharger ses panneaux solaires entre chaque vol. Mais les chercheurs en ont finalement décidé autrement: "Nous souhaitons vraiment passer un temps important là où nous sommes", a expliqué Ken Farley, scientifique pour Perseverance. Ils pensent en effet trouver dans la zone "des roches qui sont probablement la matière la plus ancienne présente sur le sol du cratère" Jezero, où Perseverance a atterri en février dernier, ainsi que "des roches qui ont été déposées au milieu du lac qui remplissait un jour" ce cratère, a-t-il expliqué. "C'est le genre d'environnement dont nous pensons qu'il est le plus habitable par des organismes qui auraient pu exister sur Mars il y a des milliards d'années", a-t-il ajouté. Le premier échantillon devrait être prélevé en juillet. Pour la première fois, Perseverance va collecter des échantillons qui doivent être rapportés sur Terre par une mission ultérieure, dans plusieurs années. (Belga)

Il sera désormais chargé de seconder le rover dans sa mission principale, la quête de vie ancienne sur Mars, en allant par exemple explorer des endroits d'intérêt scientifique, inaccessibles à quatre roues, ou en repérant le chemin le plus sûr. "Ingenuity va passer d'une mission de démonstration technologique, où nous prouvons les capacités techniques de l'hélicoptère, à une mission de démonstration d'opérations, où nous rassemblons des informations sur la capacité de l'hélicoptère à apporter un soutien opérationnel" à Perseverance, a déclaré lors d'une conférence de presse Lori Glaze, directrice de la division de la Nasa sur l'étude des planètes. "Au bout de 30 jours, nous évaluerons où nous en sommes", a-t-elle ajouté, l'Agence spatiale américaine n'excluant pas de prolonger encore l'expérimentation par la suite. Mais Ingenuity "n'a pas vraiment été conçu pour une longue mission", a temporisé Bob Balaram, ingénieur en chef de l'engin, pointant notamment l'effet de cycles répétés de gel et de dégel. Il faudrait également qu'Ingenuity ne s'écrase pas, alors que ses vols seront de plus en plus périlleux. A commencer par celui prévu vendredi, le quatrième et le plus long réalisé jusqu'ici. La mission de l'hélicoptère devait initialement prendre fin au bout de 30 jours, car la Nasa pensait ensuite faire rouler le rover vite et loin pour atteindre une zone intéressante où prélever des échantillons de roche. Ingenuity n'aurait alors pas pu suivre le rythme, étant obligé de recharger ses panneaux solaires entre chaque vol. Mais les chercheurs en ont finalement décidé autrement: "Nous souhaitons vraiment passer un temps important là où nous sommes", a expliqué Ken Farley, scientifique pour Perseverance. Ils pensent en effet trouver dans la zone "des roches qui sont probablement la matière la plus ancienne présente sur le sol du cratère" Jezero, où Perseverance a atterri en février dernier, ainsi que "des roches qui ont été déposées au milieu du lac qui remplissait un jour" ce cratère, a-t-il expliqué. "C'est le genre d'environnement dont nous pensons qu'il est le plus habitable par des organismes qui auraient pu exister sur Mars il y a des milliards d'années", a-t-il ajouté. Le premier échantillon devrait être prélevé en juillet. Pour la première fois, Perseverance va collecter des échantillons qui doivent être rapportés sur Terre par une mission ultérieure, dans plusieurs années. (Belga)